rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cinéma Corée du Sud Culture Cannes 2019

Publié le • Modifié le

«Parasite», la Palme d’or de Bong Joon-ho sort en salles

media
Scène du film « Parasite » de Bong Joon-ho. © The Jokers / Les Bookmakers

Le cinéaste Bong Joon-ho, lauréat de la Palme d’or, sort ce mercredi 5 juin son film « Parasite » en France. Une comédie grinçante sur les inégalités sociales en Corée du Sud.


C’est une comédie féroce, une arnaque montée par une famille de chômeurs misérables vivant dans un sous-sol insalubre. Un jour, le fils trouve une place de répétiteur d’anglais dans une richissime famille, les Park. C’est la première étape d’un processus d’infiltration.

Bientôt la sœur se fait engager professeur de dessin, puis le père devient le chauffeur du chef de famille, et enfin la mère se fait embaucher comme gouvernante.

Une inventivité visuelle folle

Dans ses films précédents, Bong Joon-ho utilisait le genre policier, le film de monstre ou l'anticipation pour décrire la société. Surdoué, il a toujours su réussir de grands films populaires comme Le Transperceneige, Okja ou The Host, sans jamais renoncer à son originalité ni à ses ambitions stylistiques. Dans Parasite, il dénonce la violence des classes en Corée du Sud avec un humour noir et une folle inventivité visuelle.

Bong Joon-ho nous fait passer du rire à l’angoisse, de la comédie sociale au fantastique. Cette Palme d’or, la première jamais accordée à un film sud-coréen, le fait entrer dans la légende. Sorti la semaine dernière en Corée du Sud, il y a déjà attiré plus de trois millions de spectateurs. Parasite promet être un colossal succès en salles.

► Écouter aussi notre Rendez-vous Culture du 5/6/2019 sur Parasite

Lire aussi : Ophélie dans «Mektoub», le portrait le plus radical d’une femme libre (et les rôles féminins dans les films du Festival de Cannes)