rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

Cannes 2019 Cinéma Hongrie France Culture

Publié le • Modifié le

Cannes: Szilvia Forro, gagnante du Pass Jeune: «J’ai grandi dans un cinéma»

media
Szilvia Forro devant le Palais des Festivals à Cannes. La jeune Hongroise a été sélectionnée parmi des milliers de candidats pour le pass exclusif : « Trois jours au Festival de Cannes ». Siegfried Forster / RFI

Depuis toujours, Szilvia Forro adore le cinéma. La jeune étudiante de Budapest a été l’un des heureux élus de l’action « Trois jours à Cannes, un pass exclusif pour les 18-28 ans ». Pour la deuxième fois, le Festival de Cannes a permis ainsi à quelques jeunes de découvrir en exclusivité la sélection officielle du plus grand festival de cinéma au monde, normalement réservé aux professionnels et journalistes. Entretien avec cette passionnée du cinéma de 23 ans.


RFI : Comment avez-vous réussi à obtenir le Pass Jeunes du Festival de Cannes ?

Szilvia Forro : J’ai découvert une application sur le site du Festival. J’ai donc envoyé ma lettre de motivation, un CV et quelques autres informations sur moi. Ensuite, ils m’ont choisi. C’était vraiment inattendu, parce qu’il y avait des milliers de gens qui ont envoyé une candidature.

Comment expliquez-vous votre passion pour le cinéma ?

Mon père a une petite entreprise de distribution en Hongrie. Il gère aussi une petite salle de cinéma dans la province. J’ai grandi dans un cinéma. Dans ma vie, il y avait toujours des films. Je n’ai même pas de mots pour décrire à quel point j’adore cette ambiance et à quel point le cinéma est en moi, en particulier des films italiens et français.

Envisagez-vous de devenir vous-même réalisatrice ou actrice ?

Je souhaite plutôt rester côté distribution. Je ne cherche pas la célébrité. Je préfère rester en retrait. Ici, j’ai rencontré beaucoup de gens intéressants de l’industrie du cinéma. J’espère travailler dans ce domaine.

Avez-vous rencontré une star pendant votre séjour à Cannes ?

Non, je n’ai pas rencontré une star, hélas. J’étais souvent avec mon père. J’ai rencontré beaucoup de gens au marché du film. Malheureusement, j’ai vu seulement deux films de la compétition, parce que c’était difficile à obtenir des invitations pour les films. J’ai vu Les Misérables de Ladj Ly et Sorry We Miss You de Ken Loach. Des films étonnants. J’étais très touchée, j’ai même pleuré, mais je n’étais pas la seule, il y en avait beaucoup qui ont pleuré…

À lire aussi: Cannes: Salomé Richard entre «Rêves de jeunesse» et «faire sa propre vie»

Quelle était la chose la plus surprenante que vous avez vécue à Cannes ?

L’atmosphère est beaucoup plus surprenante que ce que j’avais imaginé. C’est vraiment fou. C’est tellement international, il y en a vraiment des gens du monde entier. Les gens sont très ouverts d’esprit, c’est facile à nouer des contacts, et c’est beaucoup plus sympa que ce que les gens pensent.

Vous faites partie de la génération Netflix. Pour vous, il y a une contradiction entre Netflix et le cinéma ?

Je n’ai pas Netflix, je suis une jeune « old school ». Oui, nous jeunes aujourd’hui téléchargent beaucoup et regardent en streaming. Mais, ce n’est pas la même émotion si vous regardez un film sur votre ordinateur portable ou en salle.

Vous avez foulé le tapis rouge ?

Oui, mais pas pour une montée des marches. C’était drôle, mais en même temps, je me suis sentie un peu étrange. Je ne suis pas tout à fait la personne qui cherche à marcher sur le tapis rouge [rires].

Trois jours à Cannes, un pass exclusif pour les 18-28 ans.

Chronologie et chiffres clés