rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Culture Patrimoine

Publié le • Modifié le

Des sons pour raconter le monde

media
Ecouter le monde collecte et archive des sons des cinq continents. Ecouterlemonde.net

C’est l’histoire d’une utopie, un projet hors cadre soutenu par le programme Europe Créative de l’Union européenne : raconter le monde avec des sons. Monica Fantini, créatrice sonore, Paolo Zavagna, compositeur, Severine Jannsen, philosophe et Hamadou Tidiane Sy, journaliste ont rêvé de voir se côtoyer les bruits du grand bazar de Téhéran, les klaxons des camions poubelles de Dakar, les puissantes cornes de brume dans le port du Pirée en Grèce ou les pas des voyageurs résonnant dans la gare Saint-Lazare à Paris. C’est désormais une réalité. Sur le site Ecouterlemonde.net, les chasseurs de sons se sont donnés rendez-vous, nombreux, et vous invitent à un voyage virtuel


Et si nous prenions le temps, grâce aux sons de notre quotidien, d’écouter notre monde ? Et si nous réussissions ainsi à l’entendre vraiment ?  C’est le pari commun de ceux qui ont pensé la plateforme Ecouterlemonde.net et de ceux qui y ont contribué en partageant leurs enregistrements sonores.

Sur la carte du monde de la plateforme Ecouterlemonde.net, choisissez un continent, puis un point jaune ...Il symbolise l’existence d’une captation sonore. Zoomez (ou pas) pour visualiser en carte le territoire, la rue dans laquelle vous vous trouvez. Mais surtout, fermez les yeux et laissez venir les bruits, les rythmes, les voix, les murmures, les fracas, cet autre récit du monde comme il va.

Ecouterlemonde.net

Mais comment ces micro-récits d’un territoire, d’un mode de vie, donnent-ils du sens à notre compréhension du monde ? Quelles informations et quelles émotions se dégagent de nos écoutes ? Nous avons appris à décrire un texte, une peinture, une image, un film, une photographie. Mais de classes d’écoute de sons, il n’existe pas. Est-ce un son connu ou que l’on découvre ? Sommes-nous intimement touchés par ce qu’il évoque ? Induit-il un comportement ? Et comment en parler ?  C’était le sens du premier appel à participation lancé par Ecouterlemonde.net qui a demandé aux auteurs des enregistrements de parler des sons qu’ils souhaitaient partager.

Hanoï : « C'est le son de la vie quotidienne à Hanoi au Vietnam, dans la rue, avec les petits marchés au bord du  trottoir, la culture vietnamienne. Ca me rappelle le temps où j'étais au pays. C’est un souvenir du passé… », explique Phuong Thao Nguyen qui est étudiant.

Dakar:  « Quand le camion de poubelles passe, il fait beaucoup de bruit à grands coups de klaxon. Ils invitent les gens à sortir de leur maison avec leurs ordures. J’ai décidé de l’enregistrer pour expliquer au monde comment on ramasse les ordures à Dakar, mais aussi parce que chaque Sénégalais se retrouve en ce son de klaxon», raconte Princesse Lorita Simbou Kombila, étudiante en journalisme à l'E-jicom à Dakar.

Paris : « Quand on a l’habitude de prendre le métro parisien, on reconnaît le crissement des freins et on sait que c’est le modèle de métro sur pneumatiques MP89 de la ligne 1. Ça fait partie de l’identité sonore de la RATP. Les sons permettent aux usagers de voyager au sein des espaces. Ils représentent des balises », analyse Joran Le Nabat, ingénieur acousticien, designer sonore, au sein de la RATP.

Téhéran: « C’est mon pays ! C’est le grand bazar de Téhéran. J’entends des langues, des dialectes différents. Tout d’un coup, en deux secondes, j’ai dit : Ah il ne faut pas plus que deux secondes pour reconnaître. C’est ailleurs. Familier. Je suis en même temps ici et là-bas », s’exclame Azadeh Nilchiani, artiste sonore.

Un livret intitulé Ecouter nos mondes, écrit par Juliette Volcler chercheuse et coordinatrice éditoriale de Syntone revient sur cette expérience qui a donné naissance à un site internet, mais qui s’appuie également sur la radio, Radio France Internationale, avec un rendez-vous hebdomadaire consacré aux sons du quotidien ou sons en voie de disparition qui racontent nos sociétés : « À Alger, en fait, il y a du silence, mais la nuit. C’est une ville qui n’a pas de vie nocturne. Quand on y marche la nuit, on dirait que le temps est absent. Mais la journée, ça bouillonne. Il y a les marchés, les pasticheurs, les vendeurs à la criée. Il y a les bruits de voitures, les gares, les bateaux. On peut trouver une architecture similaire à celle d’Alger à Marseille. Mais pas les sons. Jamais les sons, c'est incroyable ! », raconte Yazib Arab, cinéaste algérien au micro de Monica Fantini sur RFI dans une nouvelle série radiophonique.

Le 8 mars, à la Bibliothèque nationale de France, l’ensemble des partenaires de la plateforme Ecouter le monde ainsi que certains de ses contributeurs tenteront grâce à une écoute collective de développer notre capacité à déplacer notre attention auditive sur les environnements qui nous entourent.

 

Ecouter le monde est un projet en partenariat avec RFI, l’Ejicom de Dakar, l’association d’habitants Bruxelles nous appartient, Brussel behoort ons toe et le conservatoire de musique Benedetto Marcello de Venise et avec le soutien du programme Europe Créative de la Commission Européenne.