rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Culture Littérature Education

Publié le • Modifié le

Réfugiés: au salon du livre et de la presse jeunesse, «Eux, c'est nous»

media
Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) de Montreuil (illustration: 2017). JACQUES DEMARTHON / AFP

C'est un petit ouvrage présent sur de nombreux stands, au 34e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, à côté de Paris. Il s'intitule Eux, c'est nous. Né en 2015 de la mobilisation des éditeurs jeunesse et des auteurs, pour porter un message de solidarité en pleine crise de l'accueil des réfugiés, il vient d'être réédité.


Avec notre envoyée à Montreuil Sarah Tisseyre

« Dès qu’il s’agit de ne pas aider quelqu’un, on entend tout. A commencer par le silence. » C'est la comédienne Sandrine Bonnaire qui prête sa voix aux mots de l'écrivain Daniel Pennac. Titré « L'instinct, le cœur et la raison », le texte sert de colonne vertébrale au livre Eux, c'est nous. Un appel à la solidarité avec les réfugiés, publié conjointement par 40 éditeurs jeunesse et illustré par Serge Bloch.

« J’ai été assez admiratif de la façon dont tous les éditeurs se sont mis ensemble pour le faire, confie ce dernier. D’habitude, ils se bagarrent, plutôt. C’était quelque chose qui me touchait depuis longtemps, donc ça s’est fait vite. Et puis moi, la seule chose que je sais faire, c’est dessiner ou écrire, donc si je peux le faire… Je trouve qu’en ce moment, on ne peut pas rester dans son coin tranquillement. »

« Demain, c’est nous qui serons eux »

« Et surtout, ajoute Serge Bloch, j’ai été traumatisé quand j’ai rencontré vraiment les gens. Quand tu rencontres vraiment quelqu’un qui est comme toi, un architecte syrien qui est là avec ses deux filles, ou je ne sais quoi, tout à coup tu te dis : "C’est moi". Le texte de Daniel Pennac, c’est vraiment ça. Eux, c’est nous. Et demain, c’est nous qui serons eux, si ça continue comme ça continue. »

Accompagné de huit définitions pour chaque lettre du mot « réfugiés », et assorti de fiches pédagogiques dans sa nouvelle édition augmentée, l'ouvrage collectif s'est vendu en trois ans à 100 000 exemplaires. Tous les bénéfices sont reversés à la Cimade, association de soutien aux migrants. « Comme les réfugiés d’aujourd’hui feront avec nous la France de demain », plaide le texte.

►Sur le site du journal Le Parisien : « Le livre qui parle des réfugiés aux enfants » (vidéo, 2015)

Le site du Salon du livre de Montreuil qui se tient jusqu'au 3 décembre

Chronologie et chiffres clés