rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Politique européenne: «aucune chance» pour que l'Italie quitte l'UE ou l'euro (chef du gouvernement)
  • Inondations-Aude: 16 000 sinistres déclarés, coût total estimé à 200 millions d'euros (assureurs)
  • Nucléaire: l'UE appelle Washington et Moscou à «préserver» le Traité INF
  • Le retrait américain annoncé d'un traité nucléaire «rendra le monde plus dangereux» (Kremlin)
  • Journalisme: le 80e prix Albert-Londres a été décerné à Istanbul à Elise Vincent, du journal «Le Monde»
  • Nucléaire: Macron rappelle «l'importance» du traité nucléaire dont Trump veut sortir
  • Le négationniste français Robert Faurisson est mort à l'âge de 89 ans (famille)
  • Cisjordanie: un Palestinien attaque un soldat israélien et est abattu par la suite (armée)
  • Budget italien: «La Commission européenne ne veut pas d'une crise entre Bruxelles et Rome» (Pierre Moscovici sur France Inter)
  • L'ancienne ministre Ségolène Royal dénonce la fiscalité sur le carburant en France, un «matraquage fiscal par l'écologie» (RTL)

Suède Culture Littérature Guadeloupe France Prix littéraires

Publié le • Modifié le

Suède: le Nobel «alternatif» de littérature à la Guadeloupéenne Maryse Condé

media
La romancière guadeloupéenne Maryse Condé, au Albert Museum de Londres, le 19 mai 2015. AFP/ADRIAN DENNIS

La Nouvelle académie a décerné vendredi 12 octobre son premier prix littéraire à l’auteure française et guadeloupéenne Maryse Condé. Un prix important, doté de 100 000 euros, destiné à combler le vide laissé par le Nobel de littérature, qui n’a pas été attribué cette année.


Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

« La lauréate est… Maryse Condé, de Guadeloupe. » L’annonce a été faite vendredi 12 octobre à Stockholm : Maryse Condé, écrivaine française d’origine guadeloupéenne, est la lauréate du premier prix littéraire de la Nouvelle Académie. Elle est auteure d’une vingtaine de romans, dont une bonne part consacrée à l’Afrique et aux Caraïbes.

Un honneur qui a une histoire particulière. Comme le prix Nobel de littérature n’a pas pu être décerné cette année pour cause de scandale sexuel autour de l’ancestrale Académie suédoise, un petit groupe d’intellectuels et de journalistes a décidé de créer son propre prix. Pour Alexandra Pascalidou, qui a lancé cette idée, il s’agit d’abord de se positionner aux antipodes de cette vieille académie, minée selon elle par les privilèges et les conflits d’intérêts.

« Quand le prix Nobel a été annulé, on s’est dit qu’il était temps de faire quelque chose de nouveau. Quelque chose de plus inclusif, de plus démocratique, a-t-elle dit pendant la cérémonie. Nous avons invité des centaines de libraires suédois à participer. Puis nous avons invité le monde, car ceci est un prix international. Et presque 33 000 lecteurs ont voté. »

Le prix de la nouvelle Académie n’est pas le prix Nobel, mais sa récipiendaire, comme les lauréats Nobel, devra se rendre en décembre à Stockholm pour le recevoir.

Chronologie et chiffres clés