rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Cinéma Théâtre médias

Publié le • Modifié le

Clap de fin pour Robert Redford, l’acteur

media
Robert Redford à la Mostra de Venise, en septembre 2017. REUTERS/Alessandro Bianchi/File Photo

Un mois et demi avant la sortie de son prochain film « The Old Man and The Gun », Robert Redford a annoncé qu’il prenait sa retraite en tant qu’acteur. Âgé bientôt de 82 ans, il n’a cependant pas exclu de poursuivre sa carrière de metteur en scène et devrait continuer à superviser son festival de Sundance, dans l’Utah.


Non content d’être l’un des acteurs les plus respectés de sa génération, Robert Redford sait tenir ses promesses, même lorsqu’elles ne sont pas agréables à entendre pour ses très nombreux fans. Comme il l’avait laissé entendre en novembre 2016 en déclarant qu’il prendrait sa retraite après les deux films pour lesquels il s’était engagé – Nos Âmes La Nuit, avec Jane Fonda diffusé l’année dernière sur Netflix et The Old Man And The Gun avec Sissy Spacek et Casey Affleck qui sortira fin septembre sur les écrans américains – l’acteur américain, qui fêtera son 82e anniversaire le 18 août, a confirmé ses dires lors d’un entretien exclusif publié ce mardi sur le site de l’hebdomadaire Entertainment Weekly.

Un dernier rôle qui lui ressemble

« Il ne faut jamais dire jamais, mais je suis arrivé à la conclusion que jouer la comédie, c'est fini pour moi », a annoncé le natif de Santa Monica (Californie) qui avait commencé sa carrière au théâtre à Broadway en 1959 puis l’avait poursuivie à la télévision et au cinéma dès 1960. Dans The Old Man and The Gun, il tient le rôle d'un repris de justice de 70 ans, évadé de prison, qui se lance dans une série de braquages, un récit tiré de l'histoire vraie de Forrest Tucker, un brigand sympathique comme Robert Redford en a interprété quelques uns durant sa carrière, on pense évidemment à Butch Cassidy et le Kid (1969) et L’Arnaque (1973), aux côtés de Paul Newman, disparu en 2008.

« Je prendrai le chemin de la retraite après ça parce que je fais ça depuis que j'ai 21 ans », a-t-il ajouté dans cette même interview à Entertainment Weekly. Son attaché de presse s’est néanmoins empressé d’ajouter que le héros de Out of Africa (1985) - l’un de ses films les plus acclamés, aux côtés de Meryl Streep – ne prenait pas nécessairement sa retraite en tant que metteur en scène, un art dans lequel il s’est également distingué avec neuf films derrière la caméra dont certains succès planétaires comme Des gens Comme les Autres (1980), Et Au Milieu coule une rivière (1992) ou L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998).

« ll l'avait mentionnée [sa retraite ; Ndlr] dès le début du tournage », a expliqué le réalisateur de The Old Man and The Gun, David Lowery, dans un entretien au magazine Esquire. « Je pense que le film parle autant de lui que de ce personnage », a-t-il poursuivi. « Il s'agit de quelqu'un qui est au crépuscule de sa vie et qui veut faire quelque chose qu'il aime. Il y a un côté inévitable lié au personnage qu'il est impossible de dissocier de M. Redford lui-même, et un côté doux amer ». Très apprécié du public et dans son métier, Robert Redford n’a jamais été récompensé d’un Oscar en tant qu’acteur, si ce n’est par un Oscar d’honneur décerné en 2002. L’Académie lui avait néanmoins décerné une statuette dès son premier film à la mise en scène pour Des gens Comme les Autres en 1980.

Volontairement en retrait

Issu d'une famille relativement modeste, Robert Redford a cherché, toute sa vie, à tracer sa voie, gardant, autant que possible pour une star de cinéma, ses distances avec Hollywood. La quarantaine venue, il envisageait déjà de ne plus apparaître devant la caméra, préférant se concentrer sur la réalisation. « Je pense qu'il est temps de passer à autre chose », disait-il en 1980 lors d'un entretien à la chaîne britannique BBC 1. « Très peu de gens que je connais ont été capables de raccrocher au bon moment et de passer à autre chose. » Bien qu’en retrait des paillettes hollywoodiennes, l’inoubliable interprète de Gatsby le Magnifique (1974) aura eu une influence considérable sur le cinéma américain à travers le festival du film de Sundance (Utah) qu’il a créé en 1985 et qui aura servi de rampe de lancement à une multitude de projets indépendants (films, documentaires, courts-métrages), ces trente dernières années.

(Avec AFP)

Chronologie et chiffres clés