rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: douze combattants prorégime ont été tués lors d'une frappe de la coalition internationale (OSDH)
  • France: «La question du maintien de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF n'est pas posée» (Griveaux)
  • Economie: Deutsche Bank supprime plus de 7000 postes et coupe dans sa banque d'investissements
  • Israël dévoile un plan pour la construction de 2500 logements en Cisjordanie
  • Italie: deux morts et plusieurs blessés dans le déraillement d'un train

Cinéma Culture Cannes 2018 Droits des femmes racisme

Publié le • Modifié le

[Reportage] Seize actrices dénoncent : Noires «n'est pas leur métier» !

media
Seize actrices françaises noires et métisses ont monté les marches ensemble, le 16 mai 2018, pour dénoncer la sous-représentation des personnes noires dans le 7ème art en France. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Elles essuient des remarques racistes ou désobligeantes, sont souvent assignées aux rôles de prostituées ou de nounou, sont moins payées que leurs homologues blanches : seize actrices noires et métisses viennent de publier un livre intitulé « Noire n'est pas mon métier », dans lequel elles dénoncent la place qui leur est trop souvent réservée dans le cinéma français. Emmenées par Aïssa Maïga, elles ont monté les marches à Cannes mercredi 16 mai.


De notre envoyée spéciale à Cannes, Sophie Torlotin

C'est sur le titre Diamond de Rihana que Sonia Rolland, Aïssa Maïga et les 14 autres actrices noires et métisses ont monté les marches du palais des festivals. Aïssa Maïga, à l'origine du livre collectif « Noire n'est pas mon métier » est encore sur son petit nuage: « Honnêtement, je suis bouleversée. J’ai pleuré 'ma race' ».

Toutes dénoncent les rôles stéréotypés qu'on leur propose depuis trop longtemps : prostituées, nounou ou ...« J’ai été, effectivement, infirmière…Mais je n’ai été assignée qu’à cela. Pas de médecin, or, je connais des médecins noirs - femmes noires -, il y a aussi une chose très importante – et ça je peux le dire parce que ça fait trente ans que je suis là –, une femme noire, une comédienne noire, n’est pas payée comme une comédienne blanche » dénonce Firmine Richard.

à (ré)écouter: Minorités noires au cinéma : pourquoi une telle invisibilité ? Débat avec Firmine Richard

Le diable est aussi dans les détails. Comme l'absence de maquillage pour peau noire sur les plateaux. Eyé Haïdara partage une expérience avec Kharidja Touré: « J’aime bien cette histoire que raconte Kharidja sur le fait qu’elle arrive à une cérémonie et qu’on n’a pas de maquillage pour elle parce qu’on n’a pas sa couleur. Parce que cette histoire, en fait, c’est une histoire qu’on a vraiment toutes vécue ».

Euphoriques, les 16 actrices veulent délivrer un message positif. :« On ne cherche pas à culpabiliser les gens. On cherche juste à les interpeller », précise Sonia Rolland. 

Je m’appelle Sonia Rolland et je suis loin… Dans les étoiles !
Un reportage de Sophie Torlotin à écouter 17/05/2018 - par RFI Écouter