rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali en détention à Marseille (source judiciaire)
  • Tunisie: le beau-frère de Ben Ali inculpé en France pour faux et blanchiment (source judiciaire)
  • «Gilets jaunes»: Didier Lallement remplace le préfet de police de Paris Michel Delpuech (Edouard Philippe)
  • France: «Des consignes inappropriées» ont été passées pour l'usage des LBD samedi (Edouard Philippe)
  • GB: le gouvernement ne peut pas représenter au vote l'accord de Brexit inchangé (président des Communes)
  • Cyclone au Mozambique: le bilan «pourrait dépasser le millier de morts» selon le président Nyusi
  • Russie: Vladimir Poutine promulgue 2 lois, l'une contre les «fausses nouvelles» et l'autre punissant les «offenses aux symboles de l'Etat»
  • EasyJet annonce se retirer des discussions sur la reprise d'Alitalia
  • Pays-Bas: trois morts et neuf blessés durant les fusillades à Utrecht (maire)
  • Un homme originaire de Turquie recherché après les fusillades d'Utrecht (police néerlandaise)
  • Syrie: l'armée «libèrera» les zones kurdes par la «force» ou par des «accords» (ministre)
  • «Gilets jaunes»: le coût des dégâts liés aux manifestations estimés à 170 millions d'euros par la fédération française de l'assurance (FFA)
  • En France, le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure de 15 ans

Cinéma Maroc Culture

Publié le • Modifié le

«Razzia», le cinéaste marocain Nabil Ayouch provoque le débat

media
Maryam Touzani dans « Razzia » de Nabil Ayouch. Les Films du Nouveau Monde / Artemis Productions / Ali n' Prod

Le film fait déjà sensation dans son pays, le Maroc. « Razzia », le nouveau long métrage de Nabil Ayouch sort ce mercredi 13 mars sur les écrans français. Trois ans après le phénomène « Much Loved » qui avait fait scandale en montrant la vie de prostituées de Marrakech, le réalisateur de 48 ans entrecroise les destins de cinq personnages...


« J’ai toujours pensé que les grandes révolutions commençaient par les petites révolutions individuelles, des révolutions de l’intime », avoue Nabil Ayouch.

Avez Razzia, le cinéaste marocain ne filme pas une révolution active, mais une somme de résistances. Celle de cinq personnages aux destins a priori séparés : une vieille femme venue à la ville avec son fils pour rechercher l'homme qu'elle aime, une femme libre qui refuse de se soumettre aux volontés de son mari, une adolescente des beaux quartiers qui apprend à se connaître, un restaurateur juif et un jeune homme de la Medina fan de Freddie Mercury.

« Razzia », une même envie de liberté

Les visages, les quêtes, même les époques peuvent être différents, mais tous ces personnages sont liés par une même envie de liberté : « Ce sont des personnages que j’ai rencontrés, observés, aimés, en tout cas qui m’ont touché, et qui vivent d’une manière extrêmement solitaire et parfois même un peu secrète des résistances », raconte Nabil Ayouch.

Le réalisateur filme avec sensualité les corps qui dansent, chantent, évoluent sans entraves. Avec Razzia, film humaniste, œuvre plurielle, le cinéaste de 48 ans livre, une nouvelle fois, une ode à la femme et espère provoquer le débat dans son pays. Mission accomplie puisque depuis sa sortie dans le royaume il y a un mois, le film bat des records de fréquentations.

► Ecouter notre Rendez-vous Culture du 13 mars consacré au film Razzia de Nabil Ayouch.

Chronologie et chiffres clés