rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Bande de Gaza: Israël frappe vingt-cinq objectifs en riposte à des tirs de projectiles (armée)

Culture Mali Niger Burkina Faso exposition France

Publié le • Modifié le

Les Touaregs au centre du musée des Confluences à Lyon

media
Tinariwen. (Les membres du groupe Tinariwen, dont certains sont d’anciens rebelles armés, sont à l’origine du renouvellement de la musique touarègue et de l’action politique.) Marie Planeille

Les Touaregs se trouvent au cœur d'une grande exposition au musée des Confluences, à Lyon, dans le centre-est de la France. L’exposition s'intéresse aussi bien à l'histoire, du XIXe siècle à nos jours, qu'à l'artisanat, au rock et à la mode. Une plongée dans la culture d'un peuple nomade réparti entre le Mali, le Niger, le Burkina Faso, l'Algérie et la Libye.


Peintures, photos, vidéos, le musée des Confluences s'attache d'abord à déconstruire les mythes d'hier et d'aujourd'hui : de l'homme bleu, si chevaleresque et si cher à la France coloniale, aux clichés d'aujourd'hui sur le Touareg rebelle trafiquant d'armes et autres aux confins du Mali, du Niger et de l'Algérie...

L'exposition montre ensuite les points communs qui irriguent l'art touareg, des cuirs aux bijoux. Le plus important, c'est la recherche d'une grande sobriété. « Ce sont des bijoux qui sont majoritairement en argent, donc quelque chose brillant, mais pas trop ostentatoire finalement, avec des formes assez géométriques, mais surtout simples et épurées, raconte Marie Perrier, chargée des collections d'Afrique et d'Océanie. Il y a vraiment un idéal de noblesse, de pudeur, de sobriété, de retenu. »

Visiteurs dans l’exposition « Touaregs » au musée des Confluences. Bertrand Stofleth / Musée des Confluences

La lutte des mots et des images

Depuis les années 1980, c'est surtout la musique, un rock psychédélique, qui fait connaître l'identité touarègue, explique Cécilia Duclos, chargée des expositions du musée des Confluences. « C’est vraiment un phénomène qui a permis un renouveau de la résistance touarègue, de la rébellion, et qui diffuse les revendications d’une manière pacifiste, puisqu’on a posé les armes, mais on a voulu radicaliser la lutte avec les mots et les images. »

Bombino, Tinariwen, Tamikrest, Kel Assouf : les guitares électriques des Touaregs résonnent du Sahara jusque sur les plus grandes scènes du monde.

Chronologie et chiffres clés