rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
  • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)

Cinéma Iran Culture

Publié le • Modifié le

«Un homme intègre», du cinéaste iranien Mohammad Rasoulouf

media
«Un homme intègre», du cinéaste iranien Mohammad Rasoulouf. ARP Sélection

« Un homme intègre », film de l'Iranien Mohammad Rasoulof, vient de sortir sur les écrans en France. Récompensé du prix Un certain regard au dernier Festival de Cannes, le réalisateur indépendant a été interpellé à l'aéroport de Téhéran le 16 septembre dernier, son passeport lui a été confisqué, il a dû subir plusieurs interrogatoires et s'attend d'un jour à l'autre à être mis en prison pour propagande contre le régime. Une pétition pour la liberté d’expression du cinéaste iranien Mohammad Rasoulouf est actuellement en cours. Quant au film, il raconte l'histoire d'un homme qui tente de rester digne dans un pays où la corruption généralisée a tout gangréné.


Habitué à batailler avec la censure, Mohammad Rasoulof savait que son film Un Homme intègre l'exposerait à des problèmes dans son pays l'Iran. Il s'était confié à notre micro au dernier Festival de Cannes. Le réalisateur raconte les affres qui s’abattent sur son héros qui refuse de céder au système de corruption généralisé. Reza et sa famille sont partis vivre dans une ferme à la campagne, il élève des poissons, elle est institutrice. Mais son terrain fait des envieux et la « compagnie », organe mafieux sans visage, décide de l'en chasser.

Un homme intègre décrit l'immoralité et les trafics d'influence qui gangrènent une communauté, il met en scène avec âpreté une lutte perdue d'avance, et l'on souffre avec cet homme dans son combat sans espoir.

« Un homme intègre », un film « optimiste »

Le ciel gris et bas de l'hiver contraste avec la chaleur du foyer, seul havre de paix, bientôt lui aussi ravagé par la violence extérieure. Pour tourner en Iran, Mohammad Rasoulof avait dû s'engager à produire un film « optimiste ». Son réquisitoire implacable et courageux sur le pourrissement d'une société fait naître l'exact contraire, un pessimisme ravageur.

Rasoulof avait été arrêté en décembre 2010, en même temps que le cinéaste Jafar Panahi, auteur du Cercle, Lion d’or à Venise en 2000, avec lequel il coréalisait un film. Les deux hommes avaient été condamnés pour « actes et propagande hostiles à la République islamique d’Iran ». La peine d’emprisonnement de six ans de Rasoulof, réduite à un an, n’a pas été exécutée et il vit sous la menace de cette exécution. Depuis, le réalisateur a signé deux longs-métrages sélectionnés à Cannes, Au Revoir (2011) et Les manuscrits ne brûlent pas (2013).

► Lire l'interview avec Mohammad Rasoulouf, rfi, 20/5/2017
► Une pétition pour la liberté d’expression du cinéaste iranien Mohammad Rasoulouf, déjà signée par plusieurs milliers de personnalités est à signer et relayer sur change.org.

Chronologie et chiffres clés