rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Arts Plastiques criminalité

Publié le • Modifié le

France: des mosaïques de l’artiste de rue Invader volées à Paris

media
Plus d'une dizaine de mosaïques du street-artist français Invader ont été volées ces derniers jours à Paris par de faux agents de la Ville. © KoS / Wikimedia Commons

Les œuvres du street-artiste Invader, ces collages de mosaïques en carreaux qui ornent les rues de plusieurs villes du monde, sont pillées depuis quelques semaines à Paris par des voleurs qui espèrent les revendre à des collectionneurs au marché noir. Grâce à la mobilisation des réseaux sociaux, des volontaires s'organisent et restaurent les œuvres qui appartiennent depuis 20 ans au paysage urbain.


En levant les yeux dans les rues des grandes villes vous aurez peut-être remarqué ces carreaux de mosaïques qui dessinent de petits personnages, des Space Invaders, des envahisseurs de l'espace issus d'un jeu d'arcade très populaire des années 1980.

Ils sont signés de l'artiste Invader qui depuis 20 ans dissémine plusieurs milliers de ses créatures, adaptant leurs formes, tailles et couleurs aux emplacements et à l'identité des villes.

Au-delà de ce personnage emblématique, Invader a aussi collé sur les murs une petite galerie de héros issus de la culture populaire. La côte de l'artiste s'est aujourd'hui envolée et le vol de ses œuvres décollées au marteau et au burin est récurrent.

D'autant qu'elles ne sont guère protégées juridiquement ayant été le plus souvent réalisées illégalement la nuit.

La riposte est venue des citoyens, très attachés à ces œuvres urbaines. Début août la photo de deux hommes arrachant des mosaïques en plein jour à Paris a été diffusée sur les réseaux sociaux et des collectifs de volontaires, souvent des joueurs de l'application flashinvader qui fédère une puissante communauté de fans, proposent de repositionner à l'identique les œuvres dégradées dans les rues de Paris, mais aussi à Londres, Amsterdam, au Japon ou aux Etats-Unis, estimant qu'elles font désormais partie intégrante du tissu urbain.

Chronologie et chiffres clés