rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Culture Arts Plastiques Commerce et Echanges Etats-Unis Chine

Publié le • Modifié le

Marché de l'art: les Etats-Unis de nouveau leader, la Chine en embuscade

media
Les Etats-Unis repartent à la hausse sur le marché de l'art. (Photo d'illustration) REUTERS/Mary Beth Koeth

Au premier semestre 2017 les Etats-Unis redeviennent leader sur le marché de l'art. Mais la Chine passée en tête en 2016 reste juste derrière. Ces deux pays profitent de la reprise d'un marché tiré vers le haut par l'art contemporain, selon Artprice, numéro 1 mondial des cotations sur les ventes aux enchères.


Deux milliards 200 millions de dollars de ventes aux enchères au 1er semestre aux Etats-Unis et près de 2 milliards pour la Chine. Ces deux pays rivalisent dans un mouchoir de poche sur un marché mondial en progression de plus de 5 %, après 2 ans de ralentissement. Ils représentent à eux deux 60 % du marché de l'art devant la Grande-Bretagne, à 1 milliard et demi de dollars de chiffre d'affaires, et la France à 326 millions de dollars. Par rapport à 2016 les ventes progressent de 28 % aux Etats-Unis qui repassent en tête et diminuent de 16 % en Chine où le secteur est en restructuration.

Les œuvres produites depuis 1945 connaissent un succès grandissant, d'autant plus que l'art ancien se raréfie à la vente. Un record en la matière : la toile de Jean-Michel Basquiat vendue 110 millions de dollars en mai dernier avait été acquise pour 9 000 dollars en 1984 soit un bond de 5 800 fois sa valeur en 33 ans. Loin derrière, Klimt et Brancusi n'atteignent pas les 60 millions de dollars.

La Chine devrait revenir

Seul artiste né après la Seconde Guerre mondiale à avoir franchi la barre des 100 millions, l'ancien grapheur du Bronx est aussi le premier à rejoindre le club très fermé des six créateurs du XXe siècle ayant dépassé ce seuil aux enchères : Picasso, Modigliani, Bacon, Giacometti, Munch et Warhol. Des artistes tous nés avant la Seconde Guerre mondiale, pourtant très recherchés par les nouveaux musées en mal de collections.

Mais « le second semestre chinois est structurellement plus fort que le second semestre américain », note Thierry Ehrmann, président-fondateur d'Artprice qui juge « vraisemblable que la Chine soit sur la plus haute marche du podium » à la fin de l'année. Les Etats-Unis, de leur côté, profitent pleinement de la concentration à New York du marché haut de gamme qui « permet de mettre en concurrence les plus grands collectionneurs de la planète ».

Entre la crise du Nasdaq, les attentats du 11 septembre, la guerre d’Irak, la plus grande crise financière, le marché de l’art a su performer, a su corriger et faire preuve d’une maturité exceptionnelle, ce qui a étonné tout le monde. Et ça devient maintenant une valeur refuge qui dépasse l’immobilier, c’est quand même le comble !
Thierry Ehrmann, président fondateur de Artprice 05/08/2017 - par Clémence Denavit Écouter

Chronologie et chiffres clés