rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cinéma Culture Etats-Unis

Publié le • Modifié le

George A. Romero, le père des films de zombies, est mort

media
Le réalisateur George A. Romero à Mexico le 21 octobre 2011. REUTERS/Carlos Jasso/File Photo

Le réalisateur américain de «La Nuit des morts-vivants» est mort dimanche 16 juillet d'un cancer à l’âge de 77 ans. George A. Romero était considéré comme le «maître de l’horreur».


« Le réalisateur légendaire George A. Romero est décédé dimanche 16 juillet, en écoutant la bande originale de "L'homme tranquille", un de ses films préférés », a annoncé son manager Chris Roe dans un communiqué, dimanche soir.

« Il est mort en paix dans son sommeil, après un combat bref mais déterminé contre un cancer du poumon, laissant derrière lui une famille aimante, beaucoup d’amis et un héritage cinématographique qui a persisté et continuera de persister, à l’épreuve du temps », poursuit le communiqué.

Son film-culte, réalisé alors qu'il avait à peine 28 ans, La Nuit des morts-vivants, sorti en 1968, est considéré comme à l'origine du genre des films de zombies.

C'est avec ce long-métrage en noir et blanc tourné avec un budget d'à peine plus de 100 000 dollars qui racontre l'attaque d'une femme isolée par une horde de morts sortis de leurs tombes à la suite d'une mutation, que George A. Romero se fait connaître.

Pendant plus de 50 ans, caché derrière ses énormes lunettes, George Romero a posé son regard sur la société américaine à travers ses films d'horreur. Racisme, surconsommation, impérialisme américain : pour lui chaque film était l’occasion d’être subversif et d’aborder une mutation, un travers de cette société, aussi pourrie que la chair de ses morts vivants, ces zombies qu'il a ancrés dans la culture populaire.

Au total il a écrit ou réalisé une dizaine de films sur ces monstres qui se mettent à attaquer les vivants pour les dévorer. On peut citer Le Jour des morts-vivants, Le Crépuscule des morts-vivants ou encore Zombie et Land of the dead.

Pas tous des chefs d’œuvres mais Romero restera à jamais un des maîtres de l’horreur avec Dario Argento ou John Carpenter. Un génie de cette époque ou les effets spéciaux n’existaient pas. Où il fallait créer de toute pièce le monstre.

L'homme a influencé un nombre immense de cinéastes. Depuis 15 ans des films comme Shawn of the dead ou des séries comme The Walking Dead font vivre son héritage et réinvente sans cesse la figure du zombie. Si Romero est mort, son cinéma lui est bien vivant.

(Avec AFP)

Chronologie et chiffres clés