rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Etats-Unis: Washington veut que la Corée du Nord revienne «sur le chemin du dialogue» (ministres)
  • Turquie: suspension de plus de 9100 policiers accusés de lien avec Gulen (officiel)
  • Les forces kurdes appellent à une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie (communiqué)

Cinéma Culture France

Publié le • Modifié le

Cinéma: «Chacun sa vie», du pur Lelouch

media
Antoine Duléry, Jean Dujardin, Johnny Hallyday dans «Chacun sa vie», de Claude Lelouch. Valérie Perrin

A 79 ans, le réalisateur français Claude Lelouch signe son 46e long métrage qui sort ce mercredi 15 mars : « Chacun sa vie ». Un nouveau film choral avec une pléiade de célébrités, de Johnny Hallyday à Jean Dujardin, avec pour fil rouge un procès dans une ville de province.


Chacun sa vie est d'abord un casting impressionnant, du pur Lelouch. Le réalisateur a rassemblé une troupe de 26 saltimbanques, des habitués et des nouveaux venus : de Jean Dujardin à Christophe Lambert, d'Antoine Duléry à Elsa Zylberstein en passant par Gérard Darmon ou Mathilde Seigner... Une kyrielle de noms auxquels on peut ajouter Johnny Hallyday - excellent dans son propre rôle - et une surprise : le ténor du barreau, l'avocat Éric Dupond-Moretti, qui se transforme ici en président de tribunal.

Un film à sketches

L'intrigue est provinciale et se déroule à Beaune, en Bourgogne, où des personnages qui ne se connaissent pas vivent des moments clés de leur existence, le temps d'un festival de jazz. Ils deviendront tous juges, avocats ou jurés du même procès de cour d'assises. Un film à sketches comme Claude Lelouch les aime, le réalisateur est passé maître dans l’art de « filmer » les destins croisés de ses personnages. 

Réunir une famille de cinéma

Claude Lelouch excelle également dans l'art de réunir une famille de cinéma, mélange d’acteurs non professionnels et de personnalités. Les inconditionnels trouveront leur compte dans Chacun sa vie, les autres y verront tous les défauts de ce cinéaste iconoclaste qui ne ressemble à personne et pourrait constituer un genre à lui seul.

Chronologie et chiffres clés