rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Etats-Unis: Washington veut que la Corée du Nord revienne «sur le chemin du dialogue» (ministres)
  • Turquie: suspension de plus de 9100 policiers accusés de lien avec Gulen (officiel)
  • Les forces kurdes appellent à une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie (communiqué)

Cinéma Finlande

Publié le • Modifié le

Aki Kaurismaki montre «L’Autre côté de l’espoir»

media
Niroz Haji et Sherwan Haji dans «L’Autre côté de l’espoir» du réalisateur finlandais Aki Kaurismaki. Niroz Haji et Sherwan Haji dans «L’Autre côté de l’espoir» du ré

C'est un film grinçant et engagé : « L'Autre côté de l'espoir », du Finlandais Aki Kaurismaki, sort ce mercredi 15 mars sur les écrans français. Kaurismaki, 59 ans, auteur de « L'Homme sans passé » ou du « Havre » s'empare du thème des réfugiés avec son style si particulier, qui lui a valu l'Ours d'argent de meilleur réalisateur à la dernière Berlinale.


Il y a deux ans, la Finlande a accueilli un peu plus de 30 000 demandeurs d'asile, surtout Irakiens et Afghans, pour un pays qui compte 5 millions d'habitants. L'intégration s'est globalement bien passée, mais certains centres d'accueil ont reçu des cocktails Molotov.

C'est ce qui a décidé Aki Kaurismaki à inventer l'histoire de Khaled, réfugié syrien débarqué à Helsinki dans un chargement de charbon. L'Autre côté de l'espoir baigne dans un humour acide, glacé comme la vodka finlandaise. « J'essaie juste, honnêtement, de montrer aux trois personnes qui iront voir ce film, que nous sommes tous pareils, que nous sommes tous des êtres humains... Et demain c'est vous qui serez un réfugié » a affirmé Kaurismaki sous les applaudissements des festivaliers de la Berlinale.

« Tous les réfugiés ne sont pas sales et affamés »

C'est Sherwan Haji, un acteur syrien installé à Helsinki, qui incarne Khaled. Lui est arrivé en Finlande avec un visa, avant la guerre, amoureux d'une Finlandaise... et du cinéma de Kaurismaki, étudié à Damas. « Tous les réfugiés ne sont pas sales et affamés. Ce sont juste des êtres humains. Certains ont un boulot, ils ont fait des études. Ils ont juste fui la mort. »

Humour et gravité, musique country « made in Finland » et décors rétros, L'Autre côté de l'espoir est un condensé de l'œuvre d'Aki Kaurismaki.

► Écouter aussi notre Rendez-vous Culture du mardi 14 mars, consacré au film d’Aki Kaurismaki