rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Tennis/Fed Cup: les Bleues sortent la Roumanie (3-2) et s'offrent une finale face à l'Australie
  • Nigeria: deux tués, dont un Britannique, dans une attaque armée au nord du pays, selon la police
  • Arabie saoudite: le groupe Etat islamique revendique une attaque contre un QG des services de sécurité
  • Ukraine: l'humoriste Volodymyr Zelenskiy élu président avec 73% des voix (sondage à la sortie des urnes)
  • Soudan: 7 millions d’euros saisis dans la résidence du président déchu Omar el-Béchir (chef Conseil militaire)

Gabon

Publié le • Modifié le

Démission du directeur de cabinet d'Ali Bongo

media
Logo de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). www.beac.int

Jean-Pierre Oyiba a annoncé lundi soir sa démission en direct à la télévision. Son nom est cité dans le scandale des détournements à la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). D'après l'hebdomadaire Jeune Afrique, Jean Pierre Oyiba aurait touché 65,6 millions de francs CFA.


C’est en plein journal de 20 heures, sur la télévision nationale, que Jean-Pierre Oyiba est apparu. Pour une fois, l’homme n’a pas pu esquisser son légendaire sourire. Il a simplement déclaré : « J’ai décidé, ce jour, 9 novembre 2009, de me décharger de mes fonctions actuelles au côté du président de la République afin de me consacrer entièrement à ma défense dans cette affaire et me mettre totalement à la disposition de la justice de mon pays en laquelle j’ai foi ».

« Mic mac à la BEAC », c’est le titre de l’article de Jeune Afrique qui accable Jean-Pierre Oyiba. Ce proche d’Ali Bongo est clairement accusé d’être parmi les bénéficiaires de l’argent détourné à l’agence extérieure de la BEAC à Paris.

Le journal cite un rapport d’enquête établi par la mission de contrôle de la BEAC. A côté de la photo d’Oyiba qui illustre l’article, on peut voir deux chèques de cette banque d’un montant total de 65 millions de francs CFA (100 000 euros) établis à l’ordre de l’ancien directeur de l’OPRAG (Office des ports et rades du Gabon).

Dans cette affaire, Ali Bongo joue la carte de la fermeté. Il a récemment rappelé le gouverneur de la BEAC, Philibert Andzembe, et ordonné l’arrestation des Gabonais impliqués dans cette affaire.
 

Chronologie et chiffres clés