rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • France: Patrick Balkany, hospitalisé, ne sera pas présent à son procès en appel pour fraude fiscale, lundi après-midi
  • Grève durant les fêtes: PCF et LFI dénoncent le «chantage» et le «choix du pourrissement» du gouvernement français
  • Diplomates chinois expulsés: Pékin dénonce une «faute» des États-Unis (ministère)
  • Réforme des retraites: «il ne faut pas politiser Noël», lance Éric Woerth (LR) sur LCI
  • Huile de palme: l'Indonésie porte plainte contre l'Union européenne devant l'OMC, dénonçant une politique «discriminatoire»
  • L'usine Lubrizol de Rouen a partiellement redémarré samedi 14 décembre (direction)
  • Liban: nouveau report des consultations pour désigner un Premier ministre (présidence)
  • Grève en France: plus de 620 km de bouchons en Ile-de-France ce lundi matin

Chine Hong Kong États-Unis ONG Défense

Publié le • Modifié le

Hong Kong: la Chine répond aux États-Unis par des contremesures

media
Des membres de l'USS Blue Ridge lors de son passage à Hong Kong en avril 2019. AFP Photos/Dale de la Rey

C’est la réplique au soutien apporté par le congrès américain aux manifestants hongkongais la semaine dernière. Ce lundi, Pékin a annoncé une série de contremesures visant des ONG américaines. Les autorités chinoises suspendent également le droit de visite de la marine américaine dans le port de Hong Kong.


Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

La dernière fois qu’un navire américain a été aperçu dans la baie de Victoria remonte à avril 2019. L’USS Blue Ridge, navire amiral de la 7e flotte américaine basée au Japon, avait alors sorti la fanfare comme le veut cette tradition qui remonte à la colonie britannique et que Pékin a laissé perpétuer après la rétrocession de l’île à la Chine en 1997.

Mais depuis juin, plus rien... Avec les manifestations anti-gouvernementales à Hongkong, les autorités chinoises ont mis fin à ces visites de repos et de loisirs pour les marins américains. Elles ont rejeté les demandes d’accostage du transporteur amphibie USS Green Bay et du croiseur USS Lake Erie en août ainsi que celle de l'USS Wasp en septembre.

Sanctions aussi contre les ONG

Les mesures annoncées par l’un des porte-paroles du ministère chinois des Affaires étrangères ce lundi viennent prolonger cette décision. Elles concernent également les avions, ainsi que certaines organisations non gouvernementales et associations basées aux Etats-Unis. Selon Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires Étrangères, ces ONG « assument une part de la responsabilité dans le chaos à Hong Kong et doivent en payer le prix. »

►À lire aussi : Les États-Unis ratifient une loi sur Hong Kong, à la fureur de la Chine

Human Rights Watch, le National Endowment for Democracy, l’Institut National démocratique pour les Affaires internationales, l’Institut Républicain International ou encore Freedom House… Toutes ces ONG ont récemment soutenu les manifestants hongkongais ou dénoncé un emploi de la force jugé abusif côté policiers. Si nécessaire, des mesures supplémentaires seront prises menace la diplomatie chinoise « afin de préserver la stabilité et la prospérité de Hongkong ».

Chronologie et chiffres clés