rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Pakistan Inde Cachemire

Publié le • Modifié le

Cachemire: l'Inde assouplit son contrôle mais la tension demeure

media
Photo prise à Srinagar, le 11 août 2019, après la décision du gouvernement indien de révoquer le statut du Jammu-et-Cachemire. Sajjad HUSSAIN / AFP

Le couvre-feu imposé au Cachemire sous contrôle indien va être assoupli après la fête nationale de l’Indépendance, jeudi 15 août. Le téléphone et internet resteront néanmoins coupés pendant au moins une semaine encore, selon le gouverneur de l’État du Jammu-et-Cachemire.


« Nous ne voulons pas offrir à l’ennemi ces outils de communication avant que les choses ne se calment », a indiqué le gouverneur Satya Pal Malik dans un entretien au Times of India. « D’ici une semaine ou dix jours, tout ira bien et nous ouvrirons progressivement des lignes de communication », a-t-il ajouté.

La région himalayenne, à majorité musulmane, revendiquée aussi par le Pakistan, est depuis le 4 août totalement coupée du monde. Un black-out des communications et de fortes restrictions de circulation ont été imposés par les autorités indiennes avant l’annonce de la révocation de l’autonomie constitutionnelle de la partie du Cachemire qu’elles contrôlent.

Restrictions allégées progressivement

Redoutant des manifestations de masse, des dizaines de milliers de soldats supplémentaires y ont été déployés pour surveiller la mise en œuvre de la décision surprise du Premier ministre indien Narendra Modi. Mardi, un porte-parole du ministère indien de l’Intérieur a indiqué sur Twitter que les restrictions étaient « en train d’être allégées de manière progressive » dans l’État du Jammu-et-Cachemire. Une autoroute a notamment été rouverte.

Selon des habitants, ce blocage n’a cependant pas empêché une manifestation de quelque 8 000 personnes après la prière de vendredi dernier, qui a été dispersée par les forces de sécurité avec des tirs de gaz lacrymogènes et de billes de plomb. Le porte-parole a également confirmé pour la première fois que des affrontements avaient eu lieu après la prière musulmane de vendredi dernier.

►À lire aussi : « La fin du statut spécial du Cachemire est le dernier acte d’un long processus »

Les autorités avaient allégé les restrictions temporairement dimanche pour permettre aux habitants de faire leurs achats pour les célébrations de la fête musulmane de l’Aïd, qui ont débuté lundi. Mais de sévères restrictions ont été de nouveau imposées après des manifestations ayant rassemblé des centaines de personnes, selon des habitants.

Nouvelle demande de réunion du conseil de sécurité

Dans le même temps le Pakistan a appellé une nouvelle fois à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la question du Cachemire. Le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood a adressé un courrier à Joanna Wronecka, représentante de la Pologne dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de sécurité.

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés