rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Inde Rahul Gandhi

Publié le • Modifié le

Inde: pourquoi Sonia Gandhi revient à la tête du parti du Congrès

media
Sonia Gandh à son arrivée samedi 10 août 2019 au comité exécutif du parti du Congrès. REUTERS/Anushree Fadnavis

Beaucoup voyaient la fin de la dynastie Nehru-Gandhi à la tête du parti du Congrès après la démission de son président Rahul Gandhi en juillet dernier. Mais le comité exécutif du Congrès a décidé de choisir de nouveau Sonia Gandhi, perpétuant la tradition de ce parti aux mains des héritiers de Nehru et de Mahamat Gandhi.


La révolution attendue n’a pas eu lieu. La mère succède au fils qui lui avait lui-même succédé. Au parti historique du Congrès indien, la famille Nehru-Gandhi tient toujours les rênes. Sonia Gandhi est revenue ainsi samedi à la tête de la principale formation d'opposition en Inde, en remplacement de son fils Rahul qui avait démissionné après sa sévère défaite aux récentes législatives.

A l’unanimité, par intérim…

Les nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP) de Narendra Modi avaient remporté une éclatante victoire électorale aux élections d'avril-mai, plongeant le Congrès dans la crise.

Après cette déconvenue, les prédictions étaient loin d’être favorables à un prolongement du règne des Gandhi. Les quotidiens Times of India et The Hindustan Times titraient sur la transformation qui allait et devait s’opérer au sein du Congrès après cette démission. Et sur l’incertitude dans laquelle est plongé le parti.

Dans un éditorial publié le jeudi 4 juillet, le quotidien indien The Tribune évoquait également un parti du Congrès à la croisée des chemins avec cette démission.

Samedi 10 août, le comité exécutif du Congrès est pourtant resté fidèle aux Gandhi et a annoncé qu'il avait choisi à l'unanimité Sonia Gandhi, 72 ans, pour occuper les fonctions de « présidente par intérim » de ce parti en attendant le vote pour un nouveau dirigeant, selon un tweet du parti du Congrès.

Après l'assassinat du Premier ministre Rajiv Gandhi dans un attentat en 1991, le Congrès s'était tourné vers sa veuve Sonia. Celle-ci ramena cette formation, qu'elle dirigea à partir de 1998, au pouvoir de façon spectaculaire en 2004, puis lui assura à nouveau la victoire en 2009. Elle refusa toutefois de devenir Premier ministre.

Les Gandhi, ciment du parti

Son fils Rahul, aujourd'hui âgé de 49 ans, la remplaça en décembre 2017 à la présidence du Congrès. L’objectif de ce jeune dirigeant, petit-fils d’Indira Gandhi, était d’initier une réforme de fond dans la formation de centre gauche: redéfinir son idéologie et surtout, recommandait-il, désigner un président qui ne soit pas de la famille des Nehru-Gandhi. Ce qui n’est arrivé que pendant 7 ans en 71 ans d’indépendance de l’Inde.

Cette réforme de fond est donc manquée : le comité exécutif du parti a reconduit Sonia Gandhi, mère de Rahul. Les jeunes leaders ne manquent pourtant pas, mais beaucoup estiment que la famille des Gandhi est le ciment qui tient cette formation pan-indienne, et l’enlever risquerait de lancer des divisions profondes au sein du Congrès, rapporte notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis.

Chronologie et chiffres clés