rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

États-Unis Corée du Sud Corée du Nord Donald Trump Kim Jong-un Moon Jae-in

Publié le • Modifié le

États-Unis-Corée du Nord: un nouveau sommet Trump-Kim?

media
Kim Jong-un et Donald Trump, le 1er mars 2019 à Hanoï, au Vietnam (image d'illustration). CNA via REUTERS

Le président américain Donald Trump pourrait rencontrer ce dimanche 30 juin, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sur la DMZ, la frontière ultra-militarisée qui sépare les deux Corées. En visite au Japon pour le sommet du G20, Trump a proposé ce 29 juin, de manière impromptue et « via » son compte Twitter, cette rencontre avec Kim... Quelques heures plus tard, la Corée du Nord a répondu : elle a qualifié la suggestion de « très intéressante », mais elle a demandé aux États-Unis d’envoyer une invitation officielle. S’il a lieu, ce serait le troisième sommet entre les deux hommes.


Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

Fidèle à son habitude, Donald Trump fait fi des conventions diplomatiques : c’est via son compte Twitter qu’il a proposé à Kim Jong-un cette rencontre, « pour se serrer la main et dire bonjour », a-t-il précisé. Avec une rapidité inhabituelle, la Corée du Nord a exprimé son intérêt : un tel sommet serait « une occasion significative d’approfondir les relations personnelles entre les deux dirigeants, et de faire progresser les relations bilatérales », a déclaré Choe Son-hui, la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères.

Une invitation officielle en préparation

La Maison Blanche prépare à présent une invitation officielle, selon la presse américaine. Donald Trump est attendu ce soir en Corée du Sud pour une rencontre avec le président sud-coréen et cela fait plusieurs semaines que Séoul bruisse de spéculations quant à un sommet Kim-Trump sur la frontière.

Un lieu qui symbolise sept décennies de divisions

Cette hypothétique rencontre, sur un lieu qui symbolise sept décennies de divisions et d’hostilité, serait significative, estime-t-on au Sud et le président sud-coréen Moon Jae-in y est favorable : si un tel sommet, aussi peu préparé, ne devrait pas permettre de progrès immédiats sur la question nucléaire, il pourrait contribuer à relancer des négociations bloquées depuis des mois.

Chronologie et chiffres clés