rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Mondial de rugby: le XV de France éliminé en quart de finale par le Pays de Galles (20-19)
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

Chine Hong Kong Justice Carrie Lam

Publié le • Modifié le

Hong Kong: la cheffe de l'exécutif suspend son projet de loi sur l'extradition

media
La dirigeante de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, en conférence de presse ce samedi 15 juin 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha

La colère de la rue semble avoir eu raison de la détermination de l'exécutif hongkongais. Après une semaine de manifestations autour d'un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine, la cheffe du gouvernement local a tenu une conférence de presse ce samedi 15 juin. Carrie Lam a annoncé que le projet de loi est désormais « suspendu ».


de notre envoyé spécial à Hong Kong,  Stéphane Lagarde

Tout en répétant, devant les caméras et un auditorium du Conseil législatif plein à craquer, que le projet répondait à une faille juridique, Carrie Lam a concédé que le travail d’explication n’avait pas été fait, qu’il y avait eu des erreurs de communication de la part des autorités et que cela avait contribué à élargir le malentendu avec la société civile et l’opinion hongkongaise.

« En tant que gouvernement responsable, a affirmé la cheffe de l’exécutif, nous nous devons d’assurer la sécurité et l’ordre, mais nous devons aussi nous assurer de l’harmonie de la région administrative spéciale et éviter de nouveaux blessés. » Une allusion aux manifestations de mercredi, notamment.

J'annonce maintenant que le gouvernement a décidé de suspendre le processus d'amendement législatif, de reprendre le dialogue avec tous les secteurs de la société, de faire plus de travail d'explication et d'écouter les différentes opinions de la société. Je tiens à souligner que le gouvernement fait preuve d'ouverture d'esprit pour tenir compte des points de vue très différents de la société à l'égard du projet de loi. Le secrétaire à la Sécurité enverra une lettre au président du Conseil législatif pour retirer l'avis de reprise du débat en deuxième lecture sur le projet de loi. En d'autres termes, le Conseil interrompra ses travaux sur le projet de loi jusqu'à ce que notre travail de communication, d'explication et d'écoute des opinions soit terminé. Nous n'avons pas l'intention de fixer une date limite et nous promettons de rapporter et de consulter les membres du groupe du Conseil législatif sur la sécurité avant de décider de la prochaine étape

Carrie Lam, cheffe de l'exécutif de Hong Kong 15/06/2019 - par RFI Écouter

Carrie Lam suspend ce travail du Parlement sur le texte, mais ne donne pas de nouvelle date, pas de nouveau calendrier. Elle dit qu’il faut tout simplement faire ce travail d’explication avec la société civile, avec les corps intermédiaires, avant de reprendre l’examen de ce texte. Victoire de la rue donc, mais victoire partielle.

► À lire aussi : La population hongkongaise reste mobilisée, craignant pour ses libertés

Sur une passerelle située juste à côté du Parlement, des manifestants continuaient en marge de la conférence de presse de chanter. Des personnes expliquent qu’elles iront quand même manifester ce dimanche pour maintenir la pression sur le gouvernement. En effet, malgré l'annonce de la suspension du projet de loi, la grande mobilisation prévue n'est pas annulée. La grève de lundi non plus.

Le projet de loi vise à autoriser les extraditions vers la Chine, ce qui fait craindre aux opposants un renforcement de la mainmise judiciaire de Pékin sur la région administrative spéciale, dotée de son propre système judiciaire. Une grande partie de la jeunesse de Hong Kong, très organisée, est mobilisée.

Chronologie et chiffres clés