rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
  • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)

Russie Corée du Nord Kim Jong-un Vladimir Poutine Diplomatie Nucléaire Défense

Publié le • Modifié le

Sommet Poutine-Kim Jong-un: une poignée de main et un échange de compliments

media
Le président russe Vladimir Poutine accueille le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sur l'île de Rousski, près du port de Vladivostok, le 25 avril 2019. Yuri KADOBNOV / AFP

Kim Jong-un a rencontré Vladimir Poutine lors d’un sommet sans précédent jeudi 25 avril  en Russie, sur l’île de Rousski, face à la ville de Vladivostok. Le dirigeant nord-coréen est venu chercher des appuis à l’international, deux mois après le fiasco de sa rencontre de Hanoï avec Donald Trump.


Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

C’est la photo qu’il ne fallait pas rater : la poignée de main très chaleureuse entre deux dirigeants qui ne s’étaient encore jamais rencontrés. Costume sombre et col Mao, Kim Jong-un semble détendu, souriant, visiblement satisfait de rencontrer le président russe.

« J’espère que notre rencontre sera utile pour renforcer notre relation d’amitié, a déclaré le leader nord-coréen. Et que notre dialogue permettra de travailler au règlement de la situation sur la péninsule coréenne. »

Tous les codes des grands sommets internationaux sont respectés : entretien bilatéral, réunion élargie aux conseillers et à quelques ministres, puis dîner en tête-à-tête et échange de cadeaux. Pas de déclaration commune en revanche, mais un échange de compliments.

À la fin du sommet, Vladimir Poutine a fait l’éloge du dirigeant nord-coréen : « Nous sommes contents des résultats. Le président Kim a une personnalité ouverte et il est prêt à discuter de tous les sujets librement. Nous avons parlé vraiment en détail du sujet principal, la dénucléarisation de la péninsule, et je confirme que la conversation avec lui a été passionnante et fructueuse ! »

Le président russe a pris soin de ne pas critiquer les négociations engagées directement entre la Corée du Nord et les États-Unis. Mais il a rappelé la position russe dans le dossier : il faut donner des garanties à Pyongyang pour l’encourager à renoncer à l’arme nucléaire.

Chronologie et chiffres clés