rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Afghanistan Médias Droits de l’homme Talibans

Publié le • Modifié le

L'Afghanistan célèbre sa première Journée nationale des journalistes

media
Des journalistes afghans s'abritent derrière une ambulance près de l'hôtel Intercontinental lors d'une attaque par des hommes armés à Kaboul le 21 janvier 2018. AFP/Shah Marai

L'Afghanistan a célébré lundi 18 mars 2019 sa première Journée nationale des journalistes, alors qu’il est l'un des pays les plus dangereux au monde pour eux. La violence à l'encontre des journalistes est en hausse et a déjà coûté la vie à quatre d'entre eux depuis le début de cette année.


Le dernier meurtre remonte à vendredi, lorsque des hommes armés ont abattu Sultan Mahmood Khairkhaw, journaliste de radio et de télévision basé dans la province de Khost (sud-est).

Devant des journalistes réunis à Kaboul, Sarwar Danish, deuxième vice-président d'Afghanistan, a déclaré que « la liberté d'expression est l'accomplissement majeur pour nous ».

« Sous le régime taliban (...) toute voix était considérée comme opposée à leur mouvement. Cela n'est plus acceptable pour nous que les gens subissent la censure et des pressions », a-t-il ajouté.

Deux jours avant le meurtre de Sultan Mahmood Khairkhaw, un autre journaliste avait été grièvement blessé par une bombe magnétique placée sous sa voiture dans la province du Helmand (sud).

L'essor de médias libres est considéré comme l'un des plus grands succès de l'Afghanistan post-talibans. Le pays compte plus d'une centaine de chaînes de télévision, 284 stations de radio et quelque 400 journaux et magazines, selon un récent rapport gouvernemental. La plupart de ces organisations sont privées.

Déjà quatre journalistes tués cette année

Un mois avant l'assassinat, vendredi, du journaliste Sultan Mahmood Khairkhaw, deux journalistes ont été tués lorsque des hommes armés ont attaqué leur station de radio à Taloqan, dans la province de Takhar (nord-est).

En janvier, un citoyen-journaliste, Jawid Noori, a été enlevé et tué par les talibans dans la province de Farah (ouest).

Selon l'organisation Reporters sans frontières (RSF), l'année 2018 a été la plus meurtrière pour les journalistes d'Afghanistan et 60 reporters et employés de médias ont été tués depuis l'invasion américaine de 2001. Dix-huit d'entre eux ont été tués au cours de la seule année 2018, selon Darwar Danish.

(Re) lire : Afghanistan: informer au péril de sa vie (Reportage international)

(Avec AFP)

Chronologie et chiffres clés