rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Commerce et Echanges Li Keqiang

Publié le • Modifié le

La Chine se dote d'une nouvelle loi sur les investissements étrangers

media
Le Premier ministre chinois Li Keqiang, ce vendredi 15 mars 2019 à Pékin. REUTERS/Jason Lee

Sans surprise, la loi sur les investissements étrangers en Chine a été adoptée ce vendredi 15 mars 2019 en clôture du Parlement chinois, réuni en session annuelle à Pékin. Un texte censé garantir davantage d’équité aux entreprises étrangères sur le marché chinois. Et une loi perçue comme une réponse aux pressions de Washington.


Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

Dernier jour de réunion annuelle de la XIIIe session de l’Assemblée nationale populaire, la loi est adoptée à l’immense majorité des délégués. Le Grand Palais du peuple applaudit. Une fois de plus, il vient de voter quasiment comme un seul homme : 2 929 voix pour, huit contre et huit abstentions.

La loi, présentée comme une réforme clé pour l’ouverture du marché chinois, doit permettre de protéger davantage la propriété intellectuelle mais aussi interdire, précise le texte, le « recours à des moyens administratifs pour forcer les firmes étrangères à transférer leurs technologies ».

La loi sera mise en application le 1er janvier 2020. Elle devrait attirer davantage de capitaux étrangers, s’enthousiasme la presse officielle. Un texte taillé sur mesure pour faire plaisir aux Américains dans la guerre commerciale qui oppose Pékin a Washington.

►A relire : Le projet de loi sur les investissements étrangers peut-il convaincre ?

Lors de la conférence de presse donnée à la suite du vote, le Premier ministre Li Keqiang a assuré le service après-vente. « Quand nous parlons de mesures de régulations impartiales, nous devons aussi penser à protéger la vie privée des individus », martèle le chef du gouvernement.

« Je veux ici réaffirmer de manière claire que l’espionnage des individus comme des entreprises n’est pas conforme avec la loi chinoise, promet Li Keqiang. Ce n’est pas comme ça que la Chine se comporte. Nous n’avons jamais fait cela et nous continuerions à ne jamais le faire dans le futur. »

Malgré ces propos rassurants et cette loi censée uniformiser les règles du jeu pour tous les acteurs, certaines entreprises, notamment américaines, ont fait savoir que le texte n’allait pas assez loin. En cause, des clauses restrictives que les compagnies étrangères sont toujours tenues de respecter en Chine.

►Lire aussi : Le plaidoyer du Premier ministre Li Keqiang pour la relance et l'emploi

Chronologie et chiffres clés