rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Union européenne Cambodge Commerce et Echanges Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

L’UE menace le Cambodge de sanctions commerciales

media
Les sanctions pourraient directement toucher les 750.000 Cambodgiens qui travaillent dans l’industrie textile. Getty Images/Brent Lewin

Bruxelles lance officiellement une procédure de suspension temporaire des préférences commerciales dont bénéficie le Cambodge. Comme d’autres pays en développement, le pays bénéficie d’une exemption de taxe douanière sur ses exportations à destination de l’Union européenne. La décision annoncée par la Commission européenne lance un compte à rebours de 18 mois. 18 mois d’étude et de négociations au terme desquels cet accord pourrait être suspendu, ce qui impacterait profondément l’économie cambodgienne.


Avec notre correspondante à Phnom Penh,  Juliette Buchez

L’an dernier, les exportations cambodgiennes vers l’Union européenne ont représenté près de 4,9 milliards d’euros. C’est le marché le plus important pour les exportations cambodgiennes.

Les produits cambodgiens sont aujourd’hui exemptés de taxes douanières sur le marché unique dans le cadre de l’accord « tous sauf les armes ». Mais ces taxes pourraient être rétablies dès 2020.

L’accord préférentiel est conditionné au respect des droits de l’homme et du travail or dans son communiqué la Commission européenne dit constater des violations graves et systématiques de ces droits.

En juillet dernier, des élections législatives controversées ont concédé l’intégralité des sièges du Parlement au parti du Premier ministre Hun Sen, à la tête du gouvernement depuis 34 ans.

Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce, précise qu’il ne s’agit ni d’une décision définitive ni de la fin du processus, mais que des mesures concrètes sont attendues au plus vite.

Au Cambodge, l’annonce est froidement accueillie par le gouvernement. Il s’indigne d’une décision qu’il qualifie de particulièrement injuste.

Si les sanctions économiques entrent en vigueur, elles pourraient directement toucher les 750 000 Cambodgiens qui travaillent dans l’industrie textile. Le secteur représente à lui seul 70% des exportations cambodgiennes. Nike, Gap, H&M ou Adidas par exemple ont des produits aujourd’hui fabriqués au Cambodge.