rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Hong Kong: les autorités silencieuses après le rejet du visa d'un journaliste

media
Victor Mallet, journaliste au «Financial Times», lors d'un discours au Club des correspondants étrangers, le 14 août 2018 à Hong Kong. Paul Yeung/Pool via REUTERS

A Hong Kong, le gouvernement a refusé vendredi dernier de renouveler son visa de travail, qui arrivait à échéance début octobre, à un journaliste du Financial Times.


Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Le renouvellement du visa du journaliste Victor Mallet a été refusé sans explication, a indiqué vendredi 5 octobre le journal aux feuilles saumon (FT) précisant que « c'était la première fois que le journal était confronté à un cas pareil ».

Visa de sept jours

Victor Mallet n'a obtenu qu'un visa de sept jours à son retour à Hong Kong dimanche soir, la durée normale d'un visa de visiteur pour un citoyen britannique étant de 180 jours (six mois). L'homme de plume devra donc travailler depuis un autre pays de la région.

Les jours passent, et le mystère demeure sur les raisons de cette décision. Lors de son point de presse hebdomadaire, ce mardi matin, la chef de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a refusé de commenter l'incident. Elle n'a répondu que brièvement au torrent de questions sur cette affaire, indiquant qu'une telle décision était du seul ressort du directeur de l'immigration hongkongaise. Elle a ajouté que lier le refus du visa et le déjeuner de l'indépendantiste Andy Chan au FCC était de la spéculation.

Responsable éditorial pour l'Asie au quotidien britannique, Victor Mallet avait en effet suscité l'ire des autorités chinoises et hongkongaises en invitant le dirigeant du Parti national, minuscule formation indépendantiste, à une conférence du Club des correspondants étrangers (FCC), une institution dans l'ex-colonie britannique.

Décision exceptionnelle

Malgré les demandes insistantes des autorités chinoises pour déprogrammer l'événement, le club l'avait maintenu, assuré par ses avocats que, dans le contexte juridique de Hong Kong, l'événement était parfaitement légal.

Alors qu'en Chine, la pratique d'expulser les journalistes qui déplaisent aux autorités est courante, c'est la première fois depuis la rétrocession qu'un journaliste étranger en poste dans la région administrative spéciale se voit refuser un visa de travail.

 

Chronologie et chiffres clés