rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Ouzbékistan France

Publié le • Modifié le

Visite en France du président très réformateur de l'Ouzbékistan

media
Le président de l'Ouzbékistan, Shavkat Mirzioïev, est en visite en France les 7 et 8 octobre 2018. (Photo d'illustration) WANG Zhao / POOL / AFP

Le président de l’Ouzbékistan, Shavkat Mirzioïev, est en visite en France ces 8 et 9 octobre. C’est la première visite du chef de l’Etat de cette ex-république soviétique depuis 1996. Le nouveau président ouzbek vient avec l'idée de signer des contrats, on annonce 4 milliards d’euros de signatures d’accords économiques. Et pour cause, celui qui préside depuis 2 ans aux destinées de la plus peuplée des Républiques d’Asie centrale veut relancer l’économie de son pays, le réformer en profondeur, après 25 ans de dictature.


Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

Shavkat Mirzioïev l’a fait savoir à ses interlocuteurs, s’il vient à Paris c’est pour signer des contrats. 4 milliards devraient être paraphés à Paris, dont nombre de simples protocoles d’accord, avec des entreprises françaises pour extraire de l’uranium, rénover les infrastructures du pays ou moderniser l’agriculture.

C’est que celui qui fut le Premier ministre de l’Ouzbékistan pendant 13 ans est d’abord un homme de l’économie. Sitôt arrivé à la tête de l’Etat, après la mort d’Islam Karimov en septembre 2016, le nouveau président prenait des mesures quasi révolutionnaires : retour de la convertibilité du soum, la monnaie nationale, assouplissement de l’hyper protectionnisme qui avait caractérisé les années Karimov, démantèlement progressif des monopoles, dans une République mise en coupe réglée par les clans au pouvoir.

Mais pour relancer l’économie de ce pays de 30 millions d’âmes, où domine la production de coton, de minerai ou de gaz, il fallait attirer les investisseurs étrangers.
D’où aussi de gros efforts consentis pour les droits de l’homme ou en matière religieuse.

Chronologie et chiffres clés