rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Japon Gastronomie Agriculture et Pêche Alimentation

Publié le • Modifié le

«Acheter du poisson à Tokyo, c'est comme acheter un lingot d'or»

media
Le chef français Lionel Beccat sur le marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo. Lionel Beccat

C'est une page d'Histoire qui se tourne au Japon. Inauguré en 1935, le mythique marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo, le plus grand du monde, ferme définitivement ses portes samedi 6 octobre. Les célèbres enchères de thons, attraction touristique, déménagent dans un lieu plus moderne, à Toyosu, mais beaucoup moins pittoresque. Lionel Beccat, chef français du restaurant étoilé Esquisse, à Tokyo, venait s'y fournir plusieurs fois par semaine. Il raconte avec passion et émotion son rapport à ce lieu et à ses occupants.


RFI : Que vous inspire à titre personnel cette fermeture du marché aux poissons de Tsukiji ?

Lionel Beccat : Un gros pincement au cœur. On avait coutume de dire que c'était le ventre de la ville. C'est comme si on déménageait votre ventre. C'est marquant pour tous les poissonniers, tous ceux qui y travaillent, mais aussi pour nous les chefs qui nous y servions. Ça devient rare, les lieux qui sont encore dans leur jus. On pouvait sentir le poids de l'Histoire, de toute cette technique, cette tradition. C'était très inspirant, très enivrant. S'amoncelaient au fil des décennies, des vestiges de vie. Pour un artisan ou un artiste, ça a une dimension unique, qui ne se remplace pas. Aller à Tsukiji le matin, c'était commencer la journée sous une impulsion très spéciale. Ça nous donnait de la motivation, pour être à la hauteur de la force de ce lieu. Donc il y a un peu de tristesse.

Qu'est-ce que vous alliez chercher en tant que restaurateur que vous ne pouviez pas avoir ailleurs ?

C'est très lié à la façon de faire japonaise : l'excellence des relations humaines. Dans tout ce qu'on fait, dans tout ce qu'on souhaite, il fait créer des liens. Tout se fait par l'humain. Si je devais finalement garder une chose de ces 12 années de visites à Tsukiji, ce ne seraient pas les poissons, mais les poissonniers qui m'ont fait l'honneur de me vendre leur marchandise, parce que c'est comme ça que cela se passe là-bas. Ce sont eux qui choisissent leurs clients, et pas nous qui les choisissons. Acheter du poisson à Tokyo, c'est comme acheter un lingot d'or. C'est quelque chose de tellement précieux, ce serait impossible pour moi de quantifier tout ce qu'ils m'ont appris.