rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Indonésie Joko Widodo

Publié le • Modifié le

Indonésie: le président Joko Widodo candidat pour un second mandat

media
Le président indonésien Joko Widodo, après avoir déposé sa candidature à la présidentielle de 2019 auprès de la commission électorale, à Jakarta, le 10 août 2018. REUTERS/Willy Kurniawan

Le président indonésien, Joko Widodo, vient de déposer sa candidature pour un second mandat. Le scrutin est prévu pour avril 2019. Même s'il est un peu tôt pour en être sûr, celui qu'on surnomme l'Obama de Jakarta semble plutôt bien placé pour rempiler à la tête de l'immense archipel indonésien et de ses 250 millions d'habitants.


Il a toujours le sourire aux lèvres, toujours cet air de Barack Obama. Rien ne semble l'atteindre, Joko Widodo. En Indonésie, il est surnommé Jokowi. Une sorte de grand frère qui rassure.

Il avait promis 7% de croissance chaque année. C'est raté, mais les Indonésiens le soutiennent, parce qu'il leur donne du concret : des routes toutes neuves, des lignes de chemin de fer, un vrai réseau électrique... Il y a plus de 200 projets d'infrastructures en cours. Il y avait urgence et la population lui dit merci.

Tournant à droite

Mais la bataille ne se joue pas là. Joko Widodo vient de choisir comme numéro 2 l'un des hommes les plus conservateurs d'Indonésie, Ma'ruf Amin, patron du Conseil des oulémas, la plus haute instance religieuse de ce pays.

Connu pour ses positions méprisantes à l'égard de certaines minorités, notamment la communauté LGBT (lesbienne, gaie, bisexuelle, transsexuelle), ce prédicateur islamiste s'est notamment impliqué dans l'affaire qui a contribué à la condamnation à deux ans de prison en 2017 de l'ex-gouverneur chrétien de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok, pour insulte faite à l'islam.

Pourquoi pencher à droite ? Jokowi veut sans doute se blinder contre les groupes radicaux, des agitateurs qui l'accusent de ne pas être assez musulman. En 2016, ils ont mis des centaines de milliers de personnes dans la rue. Cette fois, avec un conservateur comme doublure, il cherche à gagner des voix dans l'électorat attaché à l'islam, quitte à se froisser avec une partie de son électorat modéré.

Revanche de 2014

Joko Widodo sera opposé en 2019 à Prabowo Subianto, un ex-général aux agissements controversés sous la dictature de Suharto (1967-1998) qui fut son rival malheureux en 2014. Il a choisi l'actuel vice-gouverneur de Jakarta, Sandiaga Uno, un ancien homme d'affaires et riche investisseur, pour être son candidat à la vice-présidence.

Pour se présenter, un candidat doit bénéficier du soutien de partis ayant recueilli au moins 20% des suffrages au précédent scrutin. Jokowi et Prabowo sont les deux seuls à avoir dépassé ce seuil. Le 10 août était la date limite de dépôt des candidatures.

Chronologie et chiffres clés