rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)

Chine Japon Etats-Unis Finances Monnaies

Publié le • Modifié le

La Chine recule d'un cran au classement des marchés boursiers mondiaux

media
Une investisseuse chinoise photographiée dans une salle de marché de Shanghai le 30 mai 2018. Johannes EISELE / AFP

La Chine n’est plus le deuxième marché boursier mondial, une place qu'elle occupait depuis 2014. Elle a perdu son rang au profit du Japon, selon Bloomberg.  Deux principaux facteurs expliquent ce recul : le conflit commercial avec les Etats-Unis et l’essoufflement de son économie.


La Chine s’est glissée à la troisième place au classement des marchés boursiers mondiaux. La valeur cumulée des places boursières chinoises a atteint 6 090 milliards de dollars à la clôture des échanges jeudi, soit 80 milliards de moins que les places japonaises, qui se rangent ainsi derrière les Etats-Unis.

Selon les analystes, cette perte de rang s’explique par la tension commerciale avec  les Etats-Unis, qui s’est accentuée cette semaine. Washington pourrait accroître de 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises par an. Une menace qui se reflète dans la perte de valeurs des Bourses chinoises, très volatiles et sensibles aux fluctuations des informations.

A cette montée de la tension s'ajoute l'essoufflement de l’économie chinoise, la politique du durcissement du crédit et la dévaluation du yuan face au dollar américain. Un tableau qui contraste avec son voisin nippon. Les entreprises japonaises ont affiché de bons résultats trimestriels, soutenant ainsi la Bourse de Tokyo.

→ À relire : Le yuan poursuit son implantation en Afrique

Chronologie et chiffres clés