rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Attentat en Iran: les Etats-Unis condamnent «toute attaque terroriste, n'importe où» (Nikki Haley)

Chine Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Chine: l'hommage impossible à Liu Xiaobo, un an après sa mort

media
Hu Jia levant les trois doigts de sa main droite ce qui signifie «résistance», «espoir» et «liberté». ©Heike Schmidt

Il y a un an, le 13 juillet 2017, Liu Xiaobo, intellectuel, écrivain, dissident et Prix Nobel de la Paix 2010, le plus connu des dissidents chinois mourait dans une chambre d’hôpital en Chine, sous étroite surveillance policière. Pékin avait refusé qu’il quitte la Chine pour être soigné à l’étranger. Depuis, les autorités évitent soigneusement toute mention de son nom, mais elles empêchent aussi ses amis et partisans de lui rendre hommage. 


De notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Pékin fait tout pour effacer le souvenir de Liu Xiaobo, considéré comme un ennemi d’Etat pour avoir co-signé la Charte 08, un manifeste appelant à la démocratie. Toute personne qui ose lui rendre hommage est donc suspecte… à l’image du dissident Hu Jia.

Hu Jia aurait voulu se recueillir au bord de la mer, là où les cendres de Liu Xiaobo ont été dispersés il y a tout juste un an. Mais impossible de s’y rendre : « L’année dernière, les autorités ont arrêté tous ceux qui ont voulu commémorer Liu Xiaobo – soit au bord de la mer, soit en levant les trois doigts de leur main signifiant résistance, espoir, et liberté...soit en portant un tee-shirt à l’effigie de Liu Xiaobo. Cela a créé une ambiance horrible. Le jour de sa mort est une date sensible. On m’oblige alors à quitter Pékin. La police me conduira loin de la mer, afin de m’empêcher de commémorer Liu Xiaobo. Mais je mettrai un bouquet de fleurs devant la photo de Xiaobo, posée sur une chaise vide. Puis, j’allumerai des bougies et m’inclinerai en silence devant lui, dans ma chambre d’hôtel surveillée par la police »

Hu Jia compte poursuivre le combat de son ami pour la démocratie et les droits de l’homme, malgré tout, défiant le pouvoir qui tente de museler toute voix critique. Sur weibo, le Twitter chinois avec ses 400 millions d’abonnés, la censure est efficace: quand on tape le mot clé « Liu Xiaobo » dans le moteur de recherche, cette réponse s’affiche: « contenu introuvable ».

A Hong Kong ce vendredi 13, jour anniversaire de la mort de Liu Xiaobo, un hommage est rendu au prix Nobel et dissident devant le bureau de liaison du gouvernement chinois. Philip FONG / AFP

Chronologie et chiffres clés