rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Violences du 1er-Mai: mise en examen d'Alexandre Benalla et des quatre autres suspects (parquet)

Japon Catastrophes naturelles

Publié le • Modifié le

Intempéries au Japon: les chances de retrouver des survivants s'amenuisent

media
Les secouristes japonais ont désormais de moins en moins d'espoir de retrouver des survivants. REUTERS/Issei Kato

Le bilan des intempéries s'est encore alourdi au Japon où le gouvernement a annoncé ce mardi 10 juillet qu'au moins 156 personnes avaient perdu la vie dans l'ouest du pays. Les recherches continuent mais les chances de retrouver des survivants s'amoindrissent d'heure en heure d'autant que les secouristes doivent faire face à une chaleur écrasante.


Les inondations et coulées de boue provoquées par de très violentes précipitations dans l'ouest du Japon ont tué au moins 156 personnes, a annoncé ce mardi 10 juillet le gouvernement. Des dizaines d'autres sont officiellement portées disparues.

« Les 75 000 policiers, pompiers, soldats des Forces d'autodéfense [appellation de l'armée japonaise, ndlr] et garde-côtes font de leur mieux » pour porter secours aux sinistrés, a souligné Yoshihide Suga, le porte-parole de l'exécutif.

Les recherches et travaux de nettoyage se poursuivent désormais sous un soleil de plomb, avec une température de 35°C prévue à l'ombre, « et ce temps ensoleillé devrait durer une semaine au moins », a ajouté Yoshihide Suga, demandant une « grande vigilance » face au risque d'insolation et de coup de chaleur, ainsi qu'aux possibles nouveaux glissements de terrain.

« Habituellement, à cette époque de l'année, c'est la saison des pluies au Japon, mais là nous avons atteint un niveau exceptionnel. Nous le mesurons à la quantité de dégâts que nous voyons. Il y a encore des personnes qui vivent dans des zones reculées, la plupart sont des personnes âgées qui n'ont pas eu le temps de partir de leurs maisons et sont maintenant bloquées à l'intérieur », explique à RFI Takehiro Hozumi, le directeur du programme d'une association japonaise d'aide aux victimes à Tokyo.

Dans la majorité des zones sinistrées le niveau de l'eau est redescendu. Dans les rues de Kurashiki, les équipes de secours peuvent maintenant circuler en camion. L'heure est au porte à porte pour s'assurer qu'aucune personne ne soit restée piégée chez elle.

Les civils sains et saufs tentent de déblayer leur maison. Hiroyuki Hirai est le patron d'une entreprise de taxi. Il a confié à l'AFP son désarroi, l'eau et la boue ont englouti son outil de travail.

« Lorsque l'eau a commencé à affluer, nous avons reçu l'ordre de la police de nous réfugier à l'étage le plus élevé de la maison, raconte-t-il. Nous n'avons rien pu faire d'autre que regarder les eaux monter. Pendant ce temps  les bureaux, les taxis, les bus, tous les véhicules de mon entreprise ont été recouverts par les eaux. »

Des milliers de Japonais sont toujours réfugiés dans des centres de secours et ignorent dans quel état se trouve leur foyer, ravagé par les eaux ou enseveli par un glissement de terrain.

Les trombes d'eau qui se sont abattues sur plusieurs provinces de l'ouest du Japon dans la deuxième moitié de la semaine passée ont engendré la plus grave catastrophe liée aux pluies dans l'archipel depuis plus de 30 ans.

(avec AFP)