rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Corée du Nord Corée du Sud Nucléaire Droits de l’homme ONU Humanitaire Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Corée du Nord: les droits de l'homme oubliés des pourparlers sur le nucléaire

media
Tomas Ojea Quintana, rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l'homme. REUTERS/Denis

La question des droits de l’homme en Corée du Nord reste préoccupante et ne doit pas être occultée par les pourparlers de dénucléarisation menés par les Etats-Unis : c’est l’appel que vient de lancer depuis Séoul le rapporteur spécial de l’ONU sur cette question. Tomas Ojea Quintana regrette que les droits de l’homme soient ignorés par les gouvernements impliqués dans les négociations avec Pyongyang, notamment les Etats-Unis et la Corée du Sud et il appelle à un dialogue sur ce dossier en parallèle à celui sur le nucléaire.


De notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

En visite à Séoul, le rapporteur spécial de l’ONU rappelle que les violations des droits de l’homme restent « très graves » en Corée du Nord et que les Nord-Coréens redoutent toujours leur gouvernement et ses camps de prisonniers politiques.

Tomas Ojeo Quintana, rapporteur spécial de l'ONU pour les droits de l'homme en Corée du Nord, décrit l’ampleur de la crise humanitaire : « Selon l’ONU, l’insécurité alimentaire chronique et la malnutrition chez les jeunes enfants sont très répandues en Corée du Nord. Plus de 10 millions de Nord-Coréens - soit 40% de la population - auraient besoin d’aide humanitaire. Le principal objectif de ma visite, c’est de remettre la question des droits de l’homme au cœur du dialogue avec le Nord, et de proposer des solutions pour incorporer cette question dans ce processus. Ramener les droits de l’homme sur la table [des négociations] n’est pas une entrave, c’est un moyen d’assurer que les pourparlers de paix sont réels et viables ».

Le rapporteur de l’ONU appelle le régime à coopérer et à l’inviter pour discuter de l’amélioration de la situation des droits de l’homme. Mais Pyongyang nie toute violation et refuse obstinément tout dialogue sur cette question.

Chronologie et chiffres clés