rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Attentat en Iran: les Etats-Unis condamnent «toute attaque terroriste, n'importe où» (Nikki Haley)

Chine Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Répression des avocats en Chine: le combat de Li Wenzu pour son mari disparu

media
Li Wenzu (à gauche), épouse de l'avocat Wang Quanzhang, aux côtés de Lin Ermin, la femme du défenseur des droits de l'homme Zhai Yanmin, condamné à trois ans de prison en août 2016. GREG BAKER / AFP

C’était il y a trois ans jour pour jour : le 9 juillet 2015, une vaste opération policière visait plus de 200 avocats des droits de l’homme à travers toute la Chine. Une vague de répression connue sous le nom « 709 » (9 juillet ou 9/7). La plupart ont fini par être libérés après quelques semaines de détention. Certains ont gardé les séquelles de la torture subie en prison et nombreux sont ceux qui ont perdu leur licence d’avocat. Mais l'un de ces avocats reste disparu à ce jour : Wang Quanzhang. Son épouse Li Wenzu se bat depuis trois ans pour la libération de son mari et père de son enfant.


Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

Depuis 3 ans, Li Wenzu ne sait quoi répondre à son fils. « C’est dur. Mon fils a 5 ans et demi et ne cesse de me poser cette question : " pourquoi est-ce que mon papa ne rentre pas ? " »

Ce père de famille, Wang Quanzhang, avait défendu des militants des droits de l’homme jusqu’au jour de sa disparition : « Mon mari a été arrêté le 10 juillet 2015. J’ai engagé successivement sept avocats, mais les autorités ont refusé tout accès à mon mari. Aujourd’hui, je ne sais même pas s’il est encore en vie », explique Li Wenzu.

Elle-même victime de harcèlement policier, Li Wenzu – jeune femme frêle, mais déterminée - n’a jamais cessé de se battre pour la libération de son mari, accusé de subversion d’Etat : « En trois ans, j’ai été arrêtée neuf fois, sans justification. Ils m’ont totalement déshabillée, insultée. Notre fils ne peut pas aller à l’école. Nous n’avons plus de logement stable, et nous sommes surveillés 24h sur 24. »

A l’occasion du 3e anniversaire de la vague de répression, l’ONG Human Rights Watch écrit dans un communiqué : « Chaque jour supplémentaire d’incarcération injuste des avocats assombrit davantage encore le triste bilan de la Chine en matière de droits humains ».

► (Re) écouter : Chine: deux femmes d'avocats emprisonnés racontent leur quotidien (Reportage international)

Chronologie et chiffres clés