rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Afghanistan Terrorisme Talibans

Publié le • Modifié le

Afghanistan: attentat meurtrier sur un marché à Jalalabad

media
Les policiers inspectent le site de l'explosion. REUTERS/Parwiz

Un attentat-suicide a frappé ce dimanche 1er juillet Jalalabad dans l’est de l’Afghanistan. Au moins 19 personnes ont été tuées, parmi lesquelles de nombreux Sikhs. On dénombre une vingtaine de blessés. Un kamikaze s’est fait exploser dans un marché de la capitale provinciale du Nangahar où le président afghan a entamé une visite de deux jours. L'organisation Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat.


Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

L’explosion a retenti à quelques pas du palais du gouverneur du Nangahar situé à un carrefour très fréquenté de Jalalabad. Rapidement les photos d’échoppes en flammes ont circulé sur les réseaux sociaux, des vidéos de voitures calcinées ont elles été relayées par les chaînes de télévision locales.

C’est dans un marché qu’un kamikaze s’est fait exploser près du carrefour Mukhaberat. Parmi les victimes, des Afghans appartenant aux minorités sikhes dont Otar Singh Khalsa, le seul candidat aux législatives, et des Afghans de la communauté hindoue très présente dans l’est de l’Afghanistan. Celle-ci compte seulement 200 familles à travers le pays. « Je vis comme un Afghan sous le drapeau de l’Islam. Pour moi il n’y a aucune différence entre une personne d’ethnie tadjik, pashtoune, hazara ou hindou », disait Otar Singh Khalsa à la presse en juin dernier lorsqu’il a annoncé sa candidature.

Autre victime de cet attentat, Rawail Singh. Ce militant de la société civile était connu dans tout le pays.

Une information donnée par un responsable local indique que le groupe d’hommes était en chemin pour rencontrer le président Ashraf Ghani. C’est lui que l’organisation Etat islamique souhaitait viser, indique le groupe terroriste dans un communiqué sur son site internet. L'Inde a fermement condamné l'attentat.

Plus tôt dans la journée, le chef de l’Etat, en visite dans la province, avait participé au lancement des travaux d’un futur complexe hospitalier profitant également de ce séjour pour rencontrer plusieurs chefs traditionnels locaux.

Avec le chef de l’exécutif Abdullah Abdullah, nous sommes prêts à discuter avec les talibans, où ils le souhaitent, a répété Ashraf Ghani au lendemain de la fin du cessez-le-feu unilatéral décrète à l’occasion des fêtes religieuses de l'Aïd-el-Fitr et qui l’avait prolongé.

Les talibans avaient quant à eux ont observé une trêve de trois jours avant de reprendre leur offensive contre les forces gouvernementales et étrangères.

Chronologie et chiffres clés