rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • France/Fraude record à la «taxe carbone»: neuf ans de prison et trois millions d'euros d'amende pour une ex-enseignante marseillaise
  • L'Inde conteste devant l'OMC les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium
  • Justice: «chemise arrachée», trois à quatre mois avec sursis en appel pour quatre ex-salariés d'Air France
  • Italie: le président convoque Giuseppe Conte, Premier ministre pressenti, à 15h30 TU (présidence)
  • Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a été arrêté au Caire dans la nuit de mardi à mercredi (avocat)
  • Edouard Philippe annule un déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens «pour des raisons d'agenda intérieur» (Matignon)
  • La Commission européenne souhaite obtenir de l'Italie «une réponse crédible» sur sa dette publique

Japon Irlande Santé et Médecine France

Publié le • Modifié le

Weber, le Français qui pousse Takeda à une ouverture sans précédent au Japon

media
Christophe Weber, PDG de Takeda, en 2017 à Oranienburg, en Allemagne. REUTERS/Hannibal Hanschke/File Photo

Le groupe numéro un japonais de la pharmacie va racheter le laboratoire irlandais Shire pour 51,6 milliards d'euros. Takeda a dû relever une cinquième fois la composante en numéraire de son offre avant d'obtenir le soutien du laboratoire irlandais. Si cette offre est approuvée par les actionnaires, ce sera la plus importante acquisition jamais effectuée à l’étranger par une société japonaise. Pour le PDG français de Takeda, Christophe Weber, c'est une opération à haut risque.


Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

Seul un amateur de sport casse-cou - ski extrême, windsurf - comme Christophe Weber, le patron français de Takeda, pouvait oser se lancer dans une acquisition aussi coûteuse que celle du laboratoire irlandais Shire, dit-on à Tokyo. Un patron japonais n'aurait pas franchi le pas.

Le rachat de la société de Dublin représente tout de même deux fois la taille de Takeda. Les investisseurs japonais redoutent une augmentation de capital pour financer ce pari financier. Le titre de Takeda a perdu 18% de sa valeur à la Bourse de Tokyo.

Le Strasbourgeois de 51 ans, premier étranger à diriger Takeda depuis sa création il y a plus de deux siècles, répond qu'il n'y a plus de croissance au Japon, que les décès sont plus nombreux que les naissances, et que le rachat de Shire va propulser Takeda parmi les dix plus grands groupes pharmaceutiques du monde.

Fils d'un couple de médecins, Christophe Weber veut renforcer Takeda dans les maladies rares et les neurosciences. Dans le pays des « Abenomics », il montre la voie à suivre pour sortir le Japon de sa stagnation. Il va vite, il a l'esprit d'un guerrier samouraï et il croit au futur de la troisième économie du monde.

Chronologie et chiffres clés