rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Chine Etats-Unis Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Guerre commerciale: les Etats-Unis envoient une délégation négocier en Chine

media
Le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, et une délégation américaine se rendent en Chine ce mercredi 2 mai pour tenter d'éviter une guerre commerciale entre les deux pays. REUTERS/Lucy Nicholson

L'objectif des envoyés spéciaux du président américain Donald Trump en Chine est avant tout d'éviter une guerre commerciale. La délégation américaine se rend ce mercredi 2 mai à Pékin. Elle est conduite par le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, accompagné, entre autre, de son homologue au Commerce et du conseiller économique en chef de la Maison Blanche. Les deux premières économies mondiales vont tenter de surmonter leurs différends, et cela ne s'annonce pas évident.


Ce tweet de Donald Trump ce 3 mai au matin a dû résonner jusqu'à Pékin : « Notre formidable équipe financière est en Chine pour tenter de négocier une situation équitable sur le commerce » à Pékin. Washington veut réduire son déficit commercial de 375 milliards de dollars avec la Chine et accuse Pékin de voler le savoir-faire des entreprises forcées d'établir des joint-ventures pour produire en Chine. Ce dossier de la propriété intellectuelle sera l'une des questions cruciales lors des négociations sino-américaines qui ont lieu aujourd'hui et demain dans la capitale chinoise.

La Chine vend énormément de produits aux Etats-Unis, mais en achète peu, trop peu du goût de Donald Trump. La différence s'élève à 375 milliards de dollars. Le président américain veut réduire de 100 milliards ce déficit et réclame pour cela plus d'ouverture de la Chine aux produits américains.

Les négociations ont déjà commencé en coulisses. Washington demande à Pékin de réduire ses taxes à l'importation sur les voitures américaines, d'importer davantage de semi-conducteurs qui servent dans l'électronique et de permettre un accès plus large, pour les entreprises américaines, aux services financiers chinois.

Washington veut également mettre un terme aux co-entreprises forcées, perçues comme un moyen de piller les propriétés intellectuelles américaines. Ces exigences sont formulées sous la menace de nouvelles taxes, qui seraient appliquées sur quelque 60 milliards de dollars d'importations chinoises.

La Chine, nullement impressionnée, a déjà dévoilé une liste de 128 produits américains qui seraient à leur tour taxés si Washington mettait sa menace à exécution. C'est pour mettre un terme à cette escalade, et éviter une guerre commerciale qui ne servirait finalement aucun des deux camps, que la délégation américaine a pris le chemin de Pékin. La durée de son séjour n'est pas fixée : elle dépendra de l'avancée des négociations.

Dialogue d'égal à égal

Pour éviter une guerre commerciale, il faut commencer par un dialogue d'égal à égal, estime de son côté Tu Xingquan de l'université du Commerce international à Pékin. « Nous souhaitons négocier sur un pied d'égalité, explique-t-il. Concernant la protection de la propriété intellectuelle, il est vrai que la Chine ne se comporte pas bien. Les Etats-Unis peuvent alors nous aider à faire des progrès. Quant au marché, nous pouvons l'ouvrir davantage. Il faut en débattre. »

En revanche, exiger de réduire le déficit commercial de 100 milliards de dollars par an, comme le fait Washington, n'est pas réaliste, avertit l'économiste : « La réduction des excédents commerciaux est une tendance inévitable, mais cela prendra du temps. Notre gouvernement ne pourra pas y faire grand-chose. Il faut que les Etats-Unis le comprennent. »

Sinon, la guerre commerciale guette : « La Chine a la capacité d'affronter les Etats-Unis. Jamais, ils ne sortiraient vainqueurs. Mais les deux pays paieront le prix fort », conclut Tu Xingquan. La presse officielle publie cette conclusion d'une étude américaine : pour un emploi sauvé, quatre seront perdus si Washington applique des taxes punitives sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises.

Chronologie et chiffres clés