rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Birmanie Aung San Suu Kyi Justice

Publié le • Modifié le

Birmanie: grâce présidentielle pour 8000 prisonniers

media
Wa Lone, l'un des deux journalistes de Reuters emprisonnés, ne fait pas partie des graciés. REUTERS/Ann Wang

La Birmanie va libérer plus de 8 000 prisonniers dans le pays, a annoncé ce mardi 17 avril le président Win Myint, pour apporter la paix, souligne-t-il, à l'occasion du Nouvel An birman. 6 000 détenus concernés sont en prison pour des affaires de drogue et près de 2 000 sont des policiers ou des militaires. Une amnistie de masse qui ne concerne seulement 36 prisonniers politiques.


De notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

Parmi les prisonniers politiques amnistiés se trouvent deux pasteurs de l'Etat Kachin, au nord de la Birmanie. Ils avaient été arrêtés en décembre 2016 après avoir montré à des journalistes des destructions imputées à l'armée birmane lors de combats avec des rebellions ethniques. Une arrestation dénoncée à l'époque par les organisations de défense des droits de l'homme.

L'annonce de mardi est une bonne nouvelle pour la société civile, mais près de 200 activistes sont toujours derrière les barreaux ou en attente de procès, et ce, malgré les promesses de la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d'Aung San Suu Kyi, qui s'était engagée, avant d'arriver au pouvoir, à libérer tous les détenus de conscience.

En 2016, la LND avait déjà annoncé des amnisties pour des prisonniers politiques notamment des étudiants qui avaient manifesté contre une réforme de l'éducation. Mais pour l'ONG Human Rights Watch, le gouvernement doit aussi réformer d'urgence les lois répressives anti-démocratiques toujours en vigueur des lois utilisées pour museler les activistes ou les journalistes dans le pays comme les deux reporters de l'agence Reuters, en prison pour leur enquête sur la crise des Rohingyas, qui ne font pas partie de la liste des amnistiés.

Chronologie et chiffres clés