rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Cyclisme: l'Italien Nibali, blessé, abandonne le Tour de France (équipe)
  • Discussions «en cours» pour une rencontre Trump/Poutine à Washington (Maison Blanche)

Corée du Nord Santé et Médecine ONU Alimentation OMS

Publié le • Modifié le

Corée du Nord: 10 millions de personnes auraient besoin d'aide humanitaire

media
Vue générale de Pyongyang, capitale de Corée du Nord. (Image d'illustration) Katie Garrod/Getty Images

10,3 millions de Nord-Coréens ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, affirme l’ONU, dont plusieurs agences basées à Pyongyang ont lancé, jeudi 12 avril, un appel à donations, pour obtenir quelque 111 millions de dollars. Mais le régime nord-coréen, qui est accusé de consacrer ses maigres ressources à son programme nucléaire plutôt qu’à sa population, ne facilite pas la tâche des organisations humanitaires internationales.


Avec notre correspondant à SéoulFrédéric Ojardias

40 % des Nord-Coréens souffrent de malnutrition et de manque d’accès à des soins médicaux, estime l’ONU, qui lance un appel pour financer ses programmes de distribution de nourriture et de soutien aux hôpitaux.

Mais les pays donateurs ne se pressent guère pour aider une Corée du Nord arc-boutée sur son programme nucléaire. L’année dernière, la poignée d’agences onusiennes basées à Pyongyang n’a reçu qu’un tiers des donations demandées.

Il y a pourtant urgence : par exemple, 100 000 Nord-Coréens ont attrapé la tuberculose en 2016 et beaucoup contractent une forme aggravée de l’infection, capable de résister aux antibiotiques. L’Organisation mondiale de la santé classe la Corée du Nord parmi les pays où cette maladie est la plus répandue.

Or, le régime limite sévèrement tout contact entre sa population et les agences humanitaires, ce qui a conduit cette année le Fonds mondial de lutte contre la tuberculose à cesser toute assistance, de crainte de voir son aide être détournée. La décision inquiète les spécialistes qui estiment qu’une épidémie hors de contrôle pourrait même affecter les pays voisins.

Chronologie et chiffres clés