rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Maison Blanche juge les sanctions turques «regrettables»
  • Trump révoque l'habilitation secret défense de l'ex-chef de la CIA John Brennan (Maison Blanche)
  • Inde: 67 morts, 50000 déplacés par les inondations au Kerala (officiel)
  • Libye: 45 miliciens condamnés à mort pour avoir tué des manifestants anti-Kadhafi en 2011 (ministère)
  • Viaduc effondré à Gênes: Rome confirme qu'il va révoquer la concession de la société autoroutière Autostrade per l'Italia
  • Le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes
  • Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Malaisie

Publié le • Modifié le

Malaisie: le Premier ministre Najib Razak annonce la dissolution du Parlement

media
Najib Razak, le Premier ministre malaisien à Kuala Lumpur, le 21 juillet 2016 (image d'illustration). REUTERS/Lai Seng Sin

Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a annoncé, vendredi 6 avril, la dissolution du Parlement de son pays en vue d'élections législatives qui s'annoncent comme un défi pour le chef du gouvernement, éclaboussé par un scandale financier et défié par son ancien et charismatique mentor, Mahathir Mohamad.


« Je souhaiterais informer la population que j'ai rencontré le roi et sollicité sa permission pour que le Parlement soit dissous samedi 7 avril », a déclaré Najib à la télévision nationale. Le souverain a une fonction essentiellement honorifique dans ce pays d'Asie du Sud-Est de quelque 30 millions d'habitants, à majorité musulmane.

Popularité effritée

La commission électorale doit annoncer dans les prochains jours la date de l'élection des députés qui aura lieu vraisemblablement dans les semaines à venir. La coalition gouvernementale dirigée par Najib est formée de partis au pouvoir depuis l'indépendance de l'ex-colonie britannique en 1957, mais sa popularité s'est effritée ces dernières années en raison du vaste scandale de corruption au détriment du fonds souverain 1MDB, créé par le Premier ministre à son arrivée au pouvoir en 2009 pour moderniser la Malaisie.

Endetté aujourd'hui à hauteur de quelque dix milliards d'euros, ce fonds est au coeur d'affaires de détournements de fonds qui font l'objet d'enquêtes dans plusieurs pays outre la Malaisie, notamment en Suisse, à Singapour et aux Etats-Unis. Najib et 1MDB ont toujours nié tout acte répréhensible. L'Organisation nationale des Malais unis (UMNO), formation majoritaire de Najib, s'est maintenue au pouvoir de justesse aux précédentes législatives de 2013 avec les autres partis de la coalition, après avoir favorisé la majorité ethnique des Malais, de confession musulmane.

Incertitude sur le parti vainqueur

Face à une opposition affaiblie, la victoire attendue des partis de la coalition aux nouvelles élections est cependant incertaine compte tenu du retour sur le devant de la scène politique de Mohammad Mahathir, qui fut Premier ministre pendant 22 ans (1981-2003) et s'est retourné contre Najib depuis l'éclatement du scandale 1MDB.

(avec AFP)