rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Afghanistan

Publié le • Modifié le

Afghanistan: élections législatives en octobre malgré la situation précaire

media
Dans un bureau de vote à Kaboul, des fonctionnaires afghans comptabilisent le nombre de bulletins lors des élections législatives de 2010 (image d'archives). Reuters/Andrew Biraj

Les élections législatives et régionales auront lieu le 20 octobre en Afghanistan. En 2019, il s’agira de la présidentielle. Ces élections parlementaires devaient avoir lieu il y a trois ans déjà. Mais l’insécurité et des problèmes logistiques ont eu raison du calendrier initial. La date a été annoncée ce dimanche 1er avril par la Commission électorale indépendante. 249 sièges de députés sont en lice. Mais ces élections s’annoncent déjà compliquées.


Avec notre correspondante à KaboulSonia Ghezali

« La sécurité des bureaux de vote n’est pas garantie » disait encore il y a quelques jours un membre de la Commission électorale indépendante. Pourtant, celle-ci a annoncé ce dimanche matin que les élections législatives et régionales auront bien lieu le 20 octobre prochain.

Ces élections se tiendront donc malgré l’impossibilité d’accéder à plus de la moitié du pays, les autorités afghanes ne contrôlant que 40% du territoire. Les forces de sécurité afghanes doivent faire face aux talibans et à l’organisation État islamique qui multiplie ses attaques. 2 242 bureaux de vote sont directement menacés, sur un total de 7 355, selon le ministère de l'Intérieur.

A l’insécurité s’ajoutent des difficultés logistiques. L’enregistrement des électeurs commencera dans deux semaines. Mais le dernier recensement de la population date de 1979. Les autorités afghanes n’ont aucune idée du nombre d’électeurs. Ces derniers doivent s’enregistrer mais doivent au préalable avoir leur « tazkira », la carte d’identité afghane, ce qui n’est pas le cas d’une grande partie de la population.

Le pays compte plus d’un million et demi de déplacés internes qui ont dû fuir en raison du conflit. Plus de deux millions d’afghans, qui avaient fui en Iran et au Pakistan voisin, sont rentrés dans leur pays au cours des trois dernières années. Seront-ils enregistrés à temps pour pouvoir voter ?

Les questions sont nombreuses à quelques mois du scrutin. Et plusieurs observateurs se disent sceptiques quant à la tenue de ces élections.

Chronologie et chiffres clés