rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: douze combattants prorégime ont été tués lors d'une frappe de la coalition internationale (OSDH)
  • France: «La question du maintien de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF n'est pas posée» (Griveaux)
  • Economie: Deutsche Bank supprime plus de 7000 postes et coupe dans sa banque d'investissements
  • Israël dévoile un plan pour la construction de 2500 logements en Cisjordanie
  • Italie: deux morts et plusieurs blessés dans le déraillement d'un train

Afghanistan Terrorisme

Publié le • Modifié le

Afghanistan: attentat-suicide devant l'université de Kaboul

media
Sur les lieux de l'attentat à Kaboul, le 21 mars 2018. REUTERS/Omar Sobhani

Au moins 29 personnes, pour la plupart des adolescents, ont été tuées lorsqu'un kamikaze à pied s'est fait exploser devant l'université de Kaboul, où des Afghans fêtaient Norouz, le Nouvel an perse, a annoncé, mercredi 21 mars, le ministère de l'Intérieur. Cette attaque, la cinquième dans la capitale afghane en l'espace de quelques semaines, a été revendiquée par la branche locale de l'organisation Etat islamique.


Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Aux abords de l’entrée principale de l’université de Kaboul, de nombreuses personnes les yeux rougis, la tête baissée, hâtent le pas en direction de l’hôpital Istiqlal qui se trouve juste à côté. C’est là qu’ont été transportées les victimes de cet attentat meurtrier.

« Mes amis étaient à la cérémonie à la mosquée. Ils m’ont appelé pour que je les y retrouve, raconte Ahmad Ramin qui se rend aussi à l'hôpital. J’étais en chemin quand l’explosion est arrivée. Mes amis ont réussi à fuir, mais l’un d’eux est injoignable, Je l’ai appelé plusieurs fois, mais je n’ai aucune réponse. C’est pour ça, que je suis venu, ici, à sa recherche »,

La plupart des victimes sont chiites et parmi elles, des hommes, des femmes et des enfants qui rentraient à pied chez elles après avoir participé à une cérémonie religieuse qui s’est tenue près de l’université de Kaboul et près de l’hôpital Ali Abad.

Cérémonie au cours de laquelle les fidèles élèvent un mât sacré selon eux et orné d’un drapeau vert en mémoire d’Ali, le gendre du prophète musulman Mohammed. C’est à l’issue de ces célébrations, alors que des dizaines de familles quittaient les lieux de ce quartier à majorité hazara, la minorité chiite du pays, qu’un kamikaze s’est fait exploser.

De nombreux corps sans vie gisaient au sol, racontent des témoins de l’explosion, entendue dans tout le quartier. Le secteur est quadrillé par la police. « Nous ne sommes pas en sécurité dans notre pays », me disait un jeune âgé de 19 ans vivant dans ce quartier.

Nazir voulait aussi participer aux célébrations, mais son père l’en a empêché. « C’est la routine pour la population en Afghanistan. Le gouvernement, les personnes haut placées ne font rien pour protéger la population, ils ne sont pas capables de la protéger. Aujourd’hui c’est le nouvel An, les gens font la fête et une attaque se produit. C’est pour ça que ma famille ne m’a pas laissé aller à la mosquée », explique-t-il.

A Kaboul, la sécurité a pourtant été renforcée à l’occasion de Norouz, le nouvel An persan qui est considéré comme une célébration impie par les extrémistes religieux du pays.

En octobre 2016, la mosquée en faïence bleue, située à quelques pas, avait déjà été visée dans une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.

Chronologie et chiffres clés