rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine

Publié le • Modifié le

Législatives à Hong Kong: revers pour l’opposition prodémocratie

media
Un militant prodémocratie est interpellé alors qu'il protestait contre la disqualification de députés, devant le bureau de vote de la chef du gouvernement, à Hong Kong, le 11 mars 2018. Bobby Yip / REUTERS

À Hong Kong, l’opposition démocratique a perdu deux sièges au Parlement au cours d’élections législatives partielles du dimanche 11 mars, qualifiées de référendum pour ou contre Pékin. Le scrutin avait été organisé du fait de la disqualification de six députés prodémocratie ayant prononcé des discours protestataires lors de leur serment de début de mandat, en 2016. C’est donc un revers pour l’opposition.


Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Le camp pro-Pékin de Hong Kong a réussi à s’emparer de deux des quatre sièges gagnés en septembre 2016 par des candidats de l’opposition prodémocratie disqualifiés pour avoir « mal prêté serment »*. Ces élections ont été organisées suite à cette disqualification, une procédure orchestrée par Pékin en novembre 2016 et considérée par l’opposition comme un coup de force.

Alors que deux millions de Hongkongais (sur 7,3 millions d’habitants) étaient appelés aux urnes dimanche 11 mars, le taux de participation fut de l’ordre de 43% contre 58% aux élections générales de 2016. Soit un signe d’un certain désengagement de la population hongkongaise alors que l’économie va mieux et que la nouvelle chef du gouvernement est moins controversée que son prédécesseur.

C’est donc un résultat décevant pour l’opposition démocratique même si le gouvernement lui avait indéniablement compliqué la tâche en rejetant certaines candidatures ou en tardant à les accréditer.

De son côté, le camp conservateur avait axé sa campagne autour de la stabilité et du « retour à l’ordre » par opposition au désordre des mois de manifestation de la Révolte des parapluies de l’automne 2014.

* Seulement quatre des six sièges perdus par le camp prodémocratie étaient à pourvoir lors de ce nouveau scrutin [Ndlr]

Chronologie et chiffres clés