rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Cambodge Droits de l’homme

Publié le • Modifié le

Le Cambodge va introduire le crime de lèse-majesté dans sa Constitution

media
Vue générale de l'Assemblée nationale cambodgienne à Phnom Penh le 27 novembre 2017. CHHAY THI / CAMBODIA NATIONAL ASSEMBLY / AFP

Au Cambodge, de nouveaux amendements à la Constitution inquiètent les défenseurs des droits de l’homme. Le Parlement a voté en faveur des textes ce mercredi 14 février et le Sénat est d’ores et déjà acquis au projet. Ces amendements introduisent le crime de lèse-majesté à l’encontre du souverain du Cambodge. Ils créent également des restrictions à la liberté d’association.


Avec notre correspondante à Phnom Penh, Juliette Buchez

Au Cambodge, les partis politiques sont désormais formellement tenus de placer l’intérêt de la Nation et du pays en tête de leurs priorités. L’article 53 de la Constitution - dans lequel le pays s’engage à ne pas interférer dans les affaires d’autres Etats - mentionne dorénavant que le Cambodge s’oppose également à toute interférence venues de l’extérieur.

Le gouvernement ne juge pas nécessaire de créer de nouvelles lois pour veiller à l’application de ces amendements. Pour certains experts, ils viennent surtout légitimer l’action de Hun Sen.

Ces derniers mois, le Premier ministre cambodgien s’est exposé aux critiques des organisations de défense des droits de l’homme après la dissolution du principal parti d’opposition et la fermeture de plusieurs médias indépendants à moins d’un an des élections.

L’introduction du crime de lèse-majesté, d’insulte au roi, inquiète ces organisations car en Thaïlande, le même type de loi a été plusieurs fois instrumentalisée par le pouvoir en place au détriment des opposants.

Nouvelle inquiétude pour les défenseurs des droits de l’homme : malgré des sons de cloche différents au sein du gouvernement, lundi 12 février, le président du comité qui examinait ces nouveaux amendements a déclaré qu’une loi de régulation des réseaux sociaux pourrait éventuellement être envisagée.