rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Corée du Nord: Donald Trump annonce l'annulation du sommet de Singapour avec Kim Jong-un

Thaïlande Rohingyas France

Publié le • Modifié le

Drame des Rohingyas: le message «très clair» de la France

media
(Photo d'illustration) Des réfugiés Rohingyas dans le camp Jamtoli à Cox's Bazar, au Bangladesh, le 22 janvier 2018. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, est en visite officielle en Thaïlande ce mardi 13 février. C'est la première visite ministérielle française dans ce pays depuis le coup d'Etat de 2014. Au programme, la situation politique en Thaïlande, la coopération économique bilatérale, mais aussi la question des Rohingyas de Birmanie.


Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Jean-Baptiste Lemoyne a rencontré Surakiart Sathiratai, le président thaïlandais du comité chargé d'appliquer les recommandations de la commission Kofi Annan sur la question des Rohingyas. Près de 700 000 musulmans de cette minorité ont dû fuir l'ouest de la Birmanie depuis septembre, après une campagne de violences lancée par l'armée birmane. Une campagne qualifiée de nettoyage ethnique par les Nations unies. A Bangkok, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères a réitéré la position de la France en termes très clairs sur ce drame humanitaire.

« Le message que nous avons délivré est très clair, c'est que nous souhaitions que l'engagement international demeure fort – il y a d'ailleurs aujourd'hui même une réunion aux Nations unies qui se tient sur le sujet – et que l'on ne saurait tolérer de droits de l'homme et de droits de communauté. La France reste vraiment pleinement mobilisée. Jean-Yves Le Drian a eu l'occasion de s'entretenir avec Aung San Suu Kyi. Et donc il faut à cet égard utiliser tous les canaux », a-t-il déclaré.

Parmi ces canaux, la Thaïlande, qui maintient un dialogue régulier sur cette question avec Aung San Suu Kyi, leader de facto du gouvernement birman. Jean-Baptiste Lemoyne a aussi évoqué la possibilité au niveau de l'Union européenne de sanctions ciblées contre certains responsables birmans directement impliqués dans les violations des droits humains des Rohingyas.

Chronologie et chiffres clés