rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Pakistan Talibans Terrorisme

Publié le • Modifié le

Pakistan: les talibans confirment la mort de leur numéro deux

media
A Peshawar, un blessé est évacué par des secouristes après l'attaque d'une école revendiquée par les talibans du TTP, le 1er décembre 2017. REUTERS/Fayaz Aziz

Au Pakistan, le numéro deux du groupe jihadiste Tehrik-e-Taliban Pakistan Khalid Mehsud a été tué jeudi dernier dans une attaque de drones américains près de la frontière pakistanaise. L’information a été confirmée ce lundi par le porte-parole du mouvement, qui a annoncé le nom du successeur de Khalid Mehsud.


Il était aussi connu sous le nom de Sajna ou encore Khan Said. Jeudi dernier, le numéro deux du mouvement du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), principale mouvance des talibans pakistanais, a été tué par une attaque de drones américains au Nord-Waziristan. La région est connue pour abriter plusieurs groupes talibans afghans et pakistanais ainsi que des membres d'al-Qaïda.

A 36 ans, Khalid Mehsud était notamment soupçonné d’être impliqué dans l’attaque d’une base navale à Karachi et d’être à l’origine de la libération de 400 prisonniers dans une ville dans le nord-ouest du Pakistan. Il était sur la liste noire des terroristes les plus recherchés par les Etats-Unis.

Pour le remplacer, le mollah Fazlullah, chef du TTP, a nommé son nouveau bras droit, le mufti Noor Wali Wali.

La mort de Khalid Mehsud survient alors que les frappes de drones américains se sont multipliées à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan, en particulier depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

En début d'année, le président américain avait posté un tweet dans lequel il avait mis en doute la sincérité du Pakistan dans son combat contre le terrorisme. Les Etats-Unis ont ensuite décidé de suspendre leur aide à la sécurité d'un montant de deux milliards de dollars.

Chronologie et chiffres clés