rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Justice

Publié le • Modifié le

«Révolte des parapluies»: les jeunes leaders de l'opposition sont libres

media
Joshua Wong, Alex Chow et Nathan Law, à Hong Kong, le 6 février 2018. Reuters

Ils étaient les figures du mouvement des parapluies, le mouvement pro-démocratie qui a fait trembler Hong Kong en 2014. Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow sont libres. La cour de dernière instance de Hong Kong, la cour d’appel final vient de libérer les trois leaders étudiants du mouvement des Parapluies, qui pendant 79 jours à l’automne 2014 avait bloqué certains axes de circulation de Hong Kong dans le but d’obtenir un mode d’élection plus démocratique du chef de la région administrative spéciale de Hong Kong.


De notre correspondante à Hong KongFlorence de Changy 

Quelques minutes après l'annonce que la cour d'appel final avait cassé la décision du mois d'août, Joshua Wong, le jeune leader hongkongais qui symbolise la révolte de la jeunesse étudiante s'adresse à un mur de caméras sur le parvis de la Cour d'appel final dans le centre de Hong Kong.

Il est libre mais il n'est pas satisfait.

Alex Chow, l'aîné des trois étudiants, qui au moment de la révolte des parapluies était étudiant en thèse de littérature et secrétaire géneral de la Fédération étudiante explique que la victoire est en demi-teinte : «  Bien sûr on comprend que beaucoup de gens vont célébrer le fait que nous ne soyons pas emprisonnés mais si on regarde le verdict en détail, il conclut que notre action de désobéissance civile est violente».

Et c'est cet aspect là qui risque d'avoir des implications pour toute protestation future. Les juges ont indiqué leur souhait de rester en dehors des débats politiques et de s’en tenir à appliquer la justice.

En 2014, le mouvement de désobéissance civile n’avait rien obtenu de concret mais les réformes proposées par Pékin ne furent pas non plus validées par le Parlement en juin 2015. Joshua Wong, Nathan Law et Alex Chow avaient été condamnés à 6 à 8 mois de prison ferme en août, après que le gouvernement a fait appel d’une première condamnation à des travaux d’intérêt général, une peine jugée trop faible par le gouvernement.

 

On avait pu croire lorsque le gouvernement a fait appel de la sanction de travaux d'intérêt général que les juges étaient aux ordres et qu'ils obéissaient aux politiques mais maintenant le tribunal de dernière instance a invalidé ces condamnations, donc c'est quelque chose de très, très, important.
Jean-Philippe Béja, directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste de Hong Kong 06/02/2018 - par RFI Écouter

Chronologie et chiffres clés