rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Chine Réseaux sociaux Pauvreté Santé et Médecine

Publié le • Modifié le

Santé en Chine: l'appel à l'aide d'une maman sur les réseaux sociaux à Shenzhen

media
Une maman vend son lait maternel dans la rue à Shenzhen pour sauver sa fille malade. Capture d'écran / RFI

Une jeune maman qui vend son lait maternel dans la rue pour sauver sa fille malade. Cette histoire est devenue virale sur les réseaux sociaux en Chine. Son appel à l’aide a été filmé par un passant et posté sur le site vidéo «Miaopai». Comme un coup de projecteur sur le manque de soins dont souffrent souvent les ouvriers pauvres, venus en ville pour chercher du travail.


Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

Cent yuans, soit 13 euros pour 10 minutes d’allaitement. Agenouillée par terre avec un nouveau-né blotti contre son sein, cette maman propose ses services dans un parc au centre de la mégalopole Shenzhen. Un appel à l’aide vu par plus de 2 millions d’internautes chinois.

« J’ai donné naissance à des jumelles, mais l’une d’elles est en soins intensifs. Nous avons besoin d’argent pour la faire soigner. Comme j’ai beaucoup de lait, je voudrais bien le vendre », confie la maman.

« Je ne cotise pas à l’assurance maladie »

A côté de la jeune femme, son mari explique pourquoi la famille doit payer la totalité des frais hospitaliers de sa poche :

« Je dois plusieurs milliers d’euros à l’hôpital, et pour guérir ma fille, il en faudra au moins 13 000, nous dit le médecin. Comme je ne cotise pas à l’assurance maladie, je ne peux pas obtenir une carte de séjour provisoire et demander un remboursement du gouvernement. »

« Les gens en bas de l’échelle sociale »

Ce couple n'a qu'un accès très limité aux services publics. C'est loin d'être un cas isolé en Chine, pays qui compte près de 300 millions de migrants de l’intérieur venus chercher du travail en ville.

Pour eux, les portes des hôpitaux restent souvent fermées. Un internaute s’en émeut : « Les gens en bas de l’échelle sociale qui tombent malade ne jouissent même pas du droit basique de se soigner. »

→ À relire : En Chine, lait maternel pour adultes fortunés (blog)

Chronologie et chiffres clés