rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football / Italie: Naples bat la Juventus 1-0 et revient à un point du leader de Serie A à quatre journées de la fin

Malaisie Aéronautique Transport

Publié le • Modifié le

Vol MH370: 58 millions d’euros pour retrouver l’épave

media
Un membre de la famille d'un passager du vol MH370 de la Malaysia Airlines lors d'un rassemblement devant l'ambassade de Malaisie à Pékin en 2016. REUTERS/Damir Sagolj

À deux mois du quatrième anniversaire de la disparition du vol MH370, qui avait disparu des écrans radar avec 239 personnes à bord dans la nuit du 7 au 8 mars 2014, au dessus du golfe de Thaïlande, la Malaisie vient officiellement de signer un accord avec une société privée américaine, Ocean Infinity, qui va reprendre les recherches de l’épave de l'avion dans l’océan Indien.


De notre correspondante à Honk Kong, Florence de Changy

Les familles des 239 personnes qui se trouvaient à bord de ce Boeing 777 de Malaysia Airlines ont accueilli avec soulagement et satisfaction l’accord entre la Malaisie et l’entreprise américaine Ocean Infinity. Celle-ci sera récompensée à hauteur de 58 millions d’euros si, mais seulement si, elle retrouve l’épave de l’avion.

« Nous apprécions l’offre audacieuse de Ocean Infinity », ont déclaré les familles. Pourtant ni la Malaisie ni l’entreprise américaine n’ont accepté de dévoiler le contenu du contrat. « Nous l’avons demandé bien sûr. Ils nous ont dit que c’était privé et confidentiel », a indiqué la jeune avocate Grace Nathan dont la mère était dans l’avion.

On ne sait donc pas précisément s'il s’agit de retrouver l’épave à proprement parler ou bien si de simples débris justifieront des indemnités. L’entreprise a trois mois pour mener sa mission. Le navire déployé, Seabed Constructor, dispose des équipements les plus sophistiqués pour explorer la nouvelle zone de 25 000 km² identifiée comme hautement probable sur la base des mêmes calculs que ceux qui avaient délimité la zone de 120 000 km2 déjà explorés sans succès.