rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Paradis fiscaux: l'Union européenne retire huit pays de sa liste noire, dont le Panama (source européenne)
  • Carrefour: l'Etat sera «vigilant sur l'accompagnement de chaque salarié concerné par le plan» (Le Maire)
  • Carrefour: 2400 suppressions de postes via un plan de départs volontaires (groupe)
  • Un séisme de magnitude 6,4 a secoué Jakarta (agence gouvernementale)
  • Japon: un mort après une éruption volcanique (secouriste)

Birmanie Justice médias

Publié le • Modifié le

Birmanie: des journalistes de Reuters inculpés pour atteinte au secret d'Etat

media
Wa Lone, l'un des deux journalistes birmans inculpés à Rangoun, ce mercredi 10 janvier 2018, à son arrivée au tribunal. REUTERS/Stringer

Ils avaient été arrêtés il y a un mois. Deux journalistes de l’agence de presse Reuters ont été mis en examen ce mercredi 10 janvier 2018 en Birmanie. La justice a annoncé qu'ils étaient poursuivis pour atteinte au secret d’Etat. Les reporters travaillaient sur la répression contre la minorité musulmane des Rohingyas dans l’Etat d’Arakan, dans l’ouest du pays.


Avec notre correspondante à Rangoun,  Eliza Hunt

« C’est une tentative d’intimidation, nous n’avons rien fait de mal. » Voilà la déclaration de l’un des deux journalistes, âgé de 31 ans, après la décision de la justice ce mercredi.

Jusqu'à 14 ans de prison

Devant le tribunal de Rangoun, certains des reporters birmans portaient en soutien un tee-shirt noir avec l’inscription : « Le journalisme n’est pas un crime ».

Un tribunal devant lequel étaient aussi rassemblés les amis et la famille des deux hommes, ainsi que des diplomates étrangers.

En effet, cette décision de la justice intervient après une forte mobilisation internationale. Mobilisation qui n’a donc pas eu d’incidence. Les deux journalistes risquent aujourd’hui jusqu’à 14 ans de prison.

Procès prévu le 23 janvier

Selon leur avocat, joint par téléphone, le procès aura lieu le 23 janvier prochain. S'il peut maintenant rendre visite aux reporters régulièrement, les rencontres sont limitées à une trentaine de minutes, une durée trop courte selon l’avocat.

Les journalistes de Reuters ont été arrêtés après un dîner avec des membres de la police, en possession de documents sur les opérations de l’armée dans l’Etat d’Arakan.

Une arrestation qui montre la grande fragilité de la liberté de la presse dans le pays, surtout concernant les sujets liés aux militaires, qui détiennent encore trois ministères-clés en Birmanie.

→ Écouter sur RFI : Autocensure et pression des autorités birmanes sur les journalistes

Chronologie et chiffres clés